Nouvelles de PROCURE

juillet 12, 2018

Espoir pour les patients atteints d’un cancer de la prostate agressif, voir mortel

Des médicaments testés actuellement dans des essais cliniques pourraient cibler les protéines qui stimulent la croissance d'une certaine forme de cancer de la prostate très agressif.

Une forme de cancer de la prostate agressif peut être beaucoup plus fréquente qu'on ne le pensait auparavant, suggère la recherche.

Les scientifiques qui ont étudié 202 hommes dont les cancers s'étaient propagés et étaient résistants au traitement standard ont découvert que 17% avaient un sous-type mortel. Auparavant, on pensait que cette souche représentait moins de 1% de tous les cancers de la prostate.

Cependant, la même étude a offert une lueur d'espoir aux hommes atteints de ce sous-type de cancer connu sous le nom de cancer de la prostate neuroendocrine à petites cellules « treatment-emergent small cell neuroendocrine prostate cancer (t-SCNC) ».

Il a été constaté que les tumeurs du t-SCNC contenaient deux protéines qui stimulent la croissance et qui pourraient être ciblées par des médicaments actuellement testés dans des essais cliniques.

Dr Rahul Aggarwal, un des chercheurs américains de l'Université de Californie à San Francisco (UCSF) et auteur de l’étude, a déclaré: « Nous voulons savoir pourquoi le cancer de la prostate devient résistant, et nous croyons que l'émergence du t-SCNC est un mécanisme important par lequel les tumeurs évoluent et échappent au traitement. »

L'étude a révélé que les cancers du t-SCNC avaient des mutations conduisant à la surproduction de certaines protéines qui, en retour, favorisait la croissance du cancer. Parmi eux se trouvaient deux « facteurs de transcription », des molécules qui activent la production de d'autres protéines déjà ciblées dans des essais cliniques.

D'autres mutations connues précédemment pour jouer un rôle dans beaucoup de cancers « normaux » n'étaient presque jamais présentes dans le sous-type de t-SCNC.

Les résultats, publiés dans « Journal of Clinical Oncology », suggèrent que ce type de cancer pourrait être beaucoup mieux traité avec des médicaments ciblés.

« Imaginez les cancers de la prostate avancés, ne répondant plus à l’hormonothérapie », de poursuivre le Dr Rahul Aggarwal. « Au lieu de traiter ces cas avancés de manière homogène comme nous le faisons avec les traitements standards d'aujourd'hui, nous voulons traiter les patients en fonction des caractéristiques de leur tumeur. »

Tous les hommes participant à l'étude avaient cessé de répondre aux traitements hormonaux de deuxième intention, l'abiratérone et l'enzalutamide. Des échantillons de biopsie ont montré que 27 des 160 hommes avaient des cancers du t-SCNC. Ils ont survécu 36,6 mois en moyenne contre 44,4 mois pour les patients sans sous-type.

Le co-auteur Eric Small, responsable de l'hématologie et de l'oncologie à l'UCSF, a déclaré: « La compréhension de la biologie de cet important mécanisme de résistance est essentielle pour développer de nouveaux médicaments destinés à prévenir le développement de ce sous-type mortel de cancer de la prostate ou, si déjà existant, pour le traiter efficacement. »

Référence
Deadly form of advanced prostate cancer is common, calls for distinct treatment

Adapté par PROCURE. © Tous droits réservés - 2018

,

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour
Nouvelles de PROCURE