Accueillir la rémission

gpsupport2


Accueillir la rémission avec soulagement

Après le choc et l’incrédulité à l’annonce d’un diagnostic de cancer de la prostate et durant votre adaptation progressive à cette nouvelle réalité, vous avez dû prendre des décisions en collaboration avec votre médecin et recevoir des traitements. Le suivi avec un urologue, un radio-oncologue ou un oncologue implique maintenant des visites régulières chez ce spécialiste, des analyses d’APS (les acronymes ASP et PSA sont aussi utilisés pour désigner l’antigène prostatique spécifique) et, possiblement, un toucher rectal. Vous avez bien réagi à vos traitements, et votre concentration d’APS a diminué et s’est stabilisée. La rémission est toujours accueillie avec soulagement.

Toutes les mesures que vous avez prises pour traiter le cancer vous donneront le sentiment de mieux contrôler votre vie. Les émotions très fortes, comme la colère, s’atténueront. Par contre, vous devrez peut-être continuer à tenir compte des modifications temporaires à votre vie familiale ou apporter d’autres ajustements en fonction de vos besoins. L’évolution de votre situation pourrait ouvrir la porte à de nouveaux dialogues. Ceux qui étaient incapables d’affronter votre maladie vous reverront peut-être en constatant que vous allez mieux.

Malgré tout, la crainte d’une récidive demeure. Cette réaction est normale dans le cas d’une maladie qui menace la vie d’une personne. La prochaine visite chez le médecin, le prochain test d’APS et les effets secondaires des traitements sont des éléments perturbateurs qui vous rappellent constamment l’existence du cancer. Mais ne perdez pas de vue l’essentiel : vous êtes encore vivant; vous avez lutté pour sauver votre vie et vous avez gagné la bataille. Cette expérience vous a sans doute appris à accorder la priorité aux choses importantes pour vous, à ne rien prendre pour acquis et à vivre aussi intensément que possible. Profitez pleinement de chaque instant que la vie vous accorde.