Troubles intestinaux

Vue d’ensemble

Les troubles intestinaux

La radiothérapie utilisée pour traiter le cancer de la prostate influence également la paroi du rectum et peut causer une inflammation des intestins, de fortes envies, de la diarrhée, des crampes, du sang dans les selles et de l’incontinence fécale (perte de la maîtrise régulière des intestins). Ces effets sont habituellement temporaires, mais dans de rares cas, ils peuvent être permanents. De nouvelles techniques d’imagerie et des méthodes de radiothérapie plus précises ont réduit le risque de ces complications.

La prostatectomie radicale présente un très faible risque de lésion du rectum. Il peut falloir une colostomie (ouverture dans l’abdomen pour dériver le transit intestinal vers un sac). Cette intervention est habituellement temporaire, jusqu’à ce que la lésion rectale soit guérie.

Certains médicaments tels que l’hormonothérapie peuvent causer des nausées, de la diarrhée et des troubles gastro-intestinaux généraux.

Symptômes associés

  • Diarrhée
  • Inflammation du rectum et de l’anus (proctite)
  • Douleur
  • Démangeaisons
  • Spasmes, crampes
  • Saignements rectaux
  • Hémorroïdes
  • Occlusion ou perforation intestinale (rare)

Le transit intestinal revient habituellement à la normale après le traitement. Cependant, certains de ces effets secondaires, comme l’occlusion intestinale due à une sténose (rétrécissement causé par la formation de tissu cicatriciel), peuvent se manifester des mois voire des années après la radiothérapie. L’évaluation médicale – bilan, examens et prise de sang – peut également comporter le dépistage du cancer colorectal.

L’équipe de radiothérapie est en mesure de suggérer différentes façons de soulager la diarrhée, les démangeaisons et les hémorroïdes.

Options de traitement des troubles affectant le rectum

  • Modifications au régime alimentaire
  • Rééducation intestinale
  • Prise d’anti-inflammatoires, de corticostéroïdes ou de médicaments pour atténuer les spasmes
  • Dilation ou élargissement du rectum
  • Chirurgie, si le trouble est suffisamment grave

Rectite post-radique

Qu’est-ce qu’une rectite

La majorité des hommes qui subissent des traitements de radiothérapie pour le cancer de la prostate développeront une rectite, une condition pénible résultant de l’inflammation de l’anus et de la paroi rectale. La rectite peut entraîner des symptômes alarmants et de l’inconfort pouvant survenir immédiatement après le début de la radiothérapie, ou lorsque ces traitements sont complétés.

La rectite aiguë survient dans les trois premiers mois suivant les traitements par radiothérapie, tandis que la rectite chronique peut durer plus longtemps et les symptômes peuvent n’apparaître que plusieurs mois (entre 8 et 12 mois en moyenne) après l’arrêt des traitements. Un traitement et des mesures adéquates peuvent contrôler les symptômes dans plus de 80 % des cas de rectite aiguë; cependant, le traitement de la rectite chronique s’avère extrêmement difficile.

Causes et facteurs de risques

La rectite associée au cancer de la prostate est attribuable aux traitements de radiothérapie dans la région du bassin. Pendant les traitements, une dose élevée de radiation dirigée vers la région du bassin est concentrée près du rectum, ce qui endommage les tissus sains tout en traitant aussi le cancer. Des études portant sur le faisceau de radiation externe ont noté que l’incidence de rectite est très variable.

Les manifestations cliniques liées à une lésion du rectum en raison des radiations peuvent inclure la diarrhée et le ténesme, un besoin constant d’uriner ou d’aller à la selle, même si l’intestin est vide. En plus de la diarrhée et des douleurs rectales, les patients peuvent aussi subir des complications persistantes comme des saignements. Des saignements graves sont associés à des changements chroniques de la paroi rectale; les vaisseaux sanguins sont fragiles et en cas de lésion mineure, ils peuvent saigner facilement.

Symptômes

La rectite aiguë post-radique est très courante. Chez un pourcentage restreint de patients, la gravité des symptômes exige l’interruption du traitement. Parmi les symptômes, on remarque :

  • Besoin impérieux d’uriner ou d’aller à la selle (ténesme)
  • Diarrhée
  • Saignement rectal mineur
  • Écoulement muqueux du rectum
  • Nausées
  • Crampes

La majorité de ces symptômes disparaîtront dans les semaines suivant l’arrêt du traitement de radiation. De 5 à 10 % des hommes soumis à une radiothérapie développent une rectite chronique en raison des radiations. La rectite chronique peut avoir des conséquences beaucoup plus importantes sur la qualité de vie du patient, à cause des symptômes et de l’inconfort aggravés. En plus des symptômes énumérés ci-dessus, on peut constater :

  • Saignements graves
  • Fistules
  • Occlusion intestinale
  • Rétrécissements
  • Perforation

Traitements

Le traitement dépend de la gravité des symptômes

  • Dans la plupart des cas, des comprimés ou des suppositoires anti-inflammatoires permettent de bien traiter la rectite en réduisant l’inflammation et en minimisant les saignements.
  • Un laxatif ramollissant les selles est aussi souvent recommandé si le patient constate que ses selles sont dures ou en cas de constipation, deux conditions qui augmentent le risque de défécation douloureuse et d’irritation de l’anus et du rectum.
  • Des analgésiques pour soulager la douleur gastrique ou rectale et des antidiarrhéiques pour maîtriser les diarrhées pourront être recommandé au besoin

Modifiez votre alimentation

  • Remplacez la perte de liquides en buvant beaucoup d’eau, de jus ou de bouillon clair pour prévenir la déshydratation en cas de diarrhée
  • Évitez le lait et les produits laitiers. Quand l’intestin est affecté par la radiation, il ne produit pas suffisamment d’enzymes, en particulier de lactase. Le corps a besoin de lactase pour digérer le lait et les produits laitiers. Ne consommez donc plus de produits contenant du lactose ou utilisez des comprimés ou des gouttes pour vous aider à le digérer.
  • Une alimentation faible en matières grasses et en fibres peut aussi aider à maîtriser les symptômes d’une rectite. Consultez notre section Nutrition et poids santé pour en connaitre davantage.
bandeau ligne 1 855 pour cancer prostate
Retour
Nouvelles de PROCURE