Plus de peur que de mal

par un Valdorien

Unknow_manPour moi le choc fut peut-être un peu moindre que les autres d’apprendre que j’avais le cancer de la prostate, mon père en étant atteint à l’âge de 55 ans. Néanmoins à 53 ans et étant particulièrement en forme, j’ai dû me concentrer fortement pour traverser l’île de Montréal après avoir entendu le fameux mot cancer. De retour dans ma région de l ‘Abitibi, je prends rendez-vous avec un urologue, mon choix de traitement étant déjà décidé et discuté avec ma conjointe. L’opération de la prostatectomie fut effectué un mois et demi plus tard. Cette dernière s’est bien déroulée sans aucune complication. Pour être honnête, j’ai eu beaucoup d’anticipation et de craintes avant l’opération. Petite coupure dans le bas du ventre, deux sondes sortant de mon corps et petits  » buzz  » d’anesthésie, m’attendaient à mon réveil. Quelques heures après, la marche dans le corridor, et un total de trois nuits à l’hôpital. Plus de peur que de mal.

L’aspect psychologique au retour à la maison fut la partie la plus difficile. La présence de la sonde urinaire pour 17 jours est une chose, mais le fait d’être obligé de ne rien faire en cette période enfin printanière de l’année fut pour moi un choc pour mon hyperactive de personne. De ne pas pouvoir courir avec mon chien ou faire le ménage de la cour fut très difficile. Après que ma sonde urinaire fut enlevée, c’était la peur de l’incontinence. Au contraire rien n’a sorti les 4 premières heures à la suite du retrait de la sonde. Pas de panique, il faut boire, se relaxer et ça va aller. Retour au travail après un mois (bureau) et de moins en moins de serviettes utilisées. Après six semaines, mes activités régulières ont repris. J’ai pu enfin courir avec mon chien. Encore un peu d’incontinence surtout en forçant, en éternuant et en faisant du sport. Soyons zen devant ce nouveau paramètre temporaire. Ah j’oubliais de vous dire que j’ai fait les exercices de Kegel avant le retrait de la sonde et celles du CHUM plusieurs semaines (8) après.

Finalement, je ne peux terminer ce témoignage sans mentionner la promptitude de la prise en charge de notre système de santé du Québec. Il s’est passé exactement six semaines entre mon diagnostic et l’opération. Tout s’est très bien déroulé. Un merci particulier à l’équipe d’urologie du Centre Hospitalier Rouyn Noranda, aux infirmiers, infirmières et préposés qui ont été d’un professionnalisme.

Vous avez des questions ? Parlez à un de nos professionnels de la santé.
Contactez notre ligne sans frais disponible 24/7 : 1 855 899-2873

HommesPas de commentaire

Laisser un commentaire