Traitements

cancer prostate PROCURE


Plusieurs options de traitements sont offertes aux patients souffrant d’un cancer de la prostate. Vous trouverez ci-contre une revue des diverses options disponibles.


Traitements disponibles :


L’équipe de soins palliatifs

À tous les stades de la maladie, l’équipe de soins palliatifs peut aider à contrôler les symptômes et à soulager la douleur. Au stade avancé, ces professionnels donnent des conseils sur la façon de maximiser les capacités fonctionnelles du patient ou l’aident à surmonter ses souffrances psychologiques.

Ils travaillent auprès des patients, à domicile, dans les cliniques externes des hôpitaux, de même que dans les unités réservées aux patients hospitalisés. Le réseau de soins palliatifs regroupe les services hospitaliers ou les cliniques qui offrent des traitements hospitaliers en cas de symptômes particulièrement graves ou lorsque les familles ne peuvent plus administrer les soins à domicile.

Les équipes chargées des patients hospitalisés dans les unités de soins palliatifs ou dans les cliniques externes comprennent des médecins, des infirmières, un psychologue, un physiothérapeute ou un ergothérapeute, un travailleur social, un aumônier, un artothérapeute, un musicothérapeute, un conseiller en deuil et des bénévoles. Ces personnes travaillent en étroite collaboration avec le patient et sa famille, dans le cadre d’un programme individualisé pour améliorer leur qualité de vie. En général, la chambre du patient est aménagée de sorte que des membres de la famille peuvent y passer la nuit. Il arrive qu’après l’admission aux soins palliatifs, le patient et sa famille se sentent capables de reprendre la formule des soins à domicile. (Pour plus d’information, consultez le site du Réseau des soins palliatifs du Québec).

Membres de l’équipe à l’hôpital ou dans d’autres établissements :

  • Médecins
  • infirmiers et infirmières
  • psychologues
  • physiothérapeutes
  • travailleurs sociaux
  • aumônier (conseiller spirituel) 
thérapeutes par la peinture ou la musique
  • conseiller en deuil
  • bénévoles

Ces personnes seront en relations étroites avec le patient et les membres de sa famille dans le cadre d’un programme individualisé destiné à lui assurer la meilleure qualité de vie possible. Habituellement, il est possible pour les membres de la famille de passer la nuit dans la chambre du patient. Suite à l’admission d’un patient dans un centre de soins palliatifs, il arrive parfois que ce patient et les membres de sa famille se sentent en mesure de revenir à des soins à domicile.


Comment contrôler les symptômes?

La douleur n’est pas toujours présente dans les cas où le cancer de la prostate récidive. Toutefois, les métastases osseuses sont fréquentes et elles sont souvent douloureuses. L’équipe de soins palliatifs se spécialise dans le contrôle de la douleur lorsque la situation est imprécise. Le médecin en soins palliatifs peut alors utiliser une combinaison de médicaments (ex. : analgésiques opioïdes, agents anti-inflammatoires non stéroïdiens, stéroïdes, bisphosphonates) et prescrire une évaluation radiographique. Parfois, le médecin recourt à un anesthésiste qui pratique un bloc nerveux pour atténuer la douleur. Les douleurs causées par l’action spécifique d’un nerf peuvent exiger l’utilisation de médicaments (gabapentin, antidépresseurs tricycliques, méthadone) contre ce qu’on appelle « les douleurs neuropathiques ».

On constate parfois la présence de symptômes affectant la vessie, l’estomac et les intestins que l’on soigne à l’aide d’une association médicamenteuse. On utilise presque toujours des laxatifs pour combattre un des effets secondaires des analgésiques opiacés (constipation), une complication fréquente du traitement du cancer avancé de la prostate. En présence d’un lymphœdème (œdème dans une ou deux jambes), le médecin prescrit une technique de massage, le drainage lymphatique manuel, et il recommande le port de bandages spéciaux ou de bas élastiques. La fatigue est un autre symptôme courant. Les transfusions sanguines constituent un recours possible, lorsque celle-ci est causée par l’anémie. Si la mobilité est réduite, l’ergothérapeute ou le physiothérapeute peuvent intervenir pour aider le patient à maintenir ses capacités fonctionnelles et son autonomie.

En cas de problèmes familiaux ou psychologiques, l’équipe de soins palliatifs est au service de la famille et du patient. Des rencontres sont souvent organisées avec les membres de la famille pour discuter des questions relatives à la mort et à l’agonie. L’équipe de soins palliatifs peut également contribuer à régler les problèmes sociaux et financiers qui surviennent, ainsi que les difficultés de communication entre les membres de la famille. C’est le temps de faire preuve d’honnêteté et d’ouverture d’esprit. De plus, elle offre une aide à long terme pour toute question entourant le deuil, ainsi que des services de counselling à ceux qui en ont besoin.


Tout espoir n’est pas perdu.

Au stade avancé de la maladie, il arrive que les personnes concernées se sentent désespérées et renoncent à se battre. En mettant de l’ordre dans leurs priorités, elles réalisent que tout n’est pas perdu, qu’il y a des choses à faire et des moments de joie à vivre. Le patient se rend compte de l’importance de la famille, des amis, des enfants et de tout ce qu’il laisse derrière lui. Il n’est pas paradoxal de dire que la phase palliative est parfois pleine d’espoir. Même si une vie s’achève, la relation entre le patient et ses proches peut être agréable et chaleureuse. L’équipe des soins palliatifs est là pour vous aider à parvenir à cette fin.