Gérer vos symptômes

Fatigue

Qu’est-ce que c’est ?

La fatigue est le symptôme le plus commun signalé par les personnes atteintes de cancer et qui peut être aigu ou chronique. Les symptômes communs incluent :

  • somnolence excessive, ou sensation d’épuisement au réveil après une bonne nuit de sommeil
  • fatigue rapide pendant les activités, ou faible énergie tout le temps
  • changements dans vos émotions (comme l’irritabilité ou les sautes d’humeur), ou une perte générale d’intérêt pour la vie
  • difficultés de concentration, de pensée ou de mémoire

Bien que le fait de se sentir fatigué puisse sembler un inconvénient mineur par rapport à d’autres problèmes que vous rencontrez, il peut avoir un impact sérieux sur vos activités quotidiennes et votre qualité de vie.

Faits concernant la fatigue

Des études sur des patients atteints de cancer de la prostate ont révélé que :

  • jusqu’à 74 % des patients souffrent d’une fatigue associée à la maladie
  • la fatigue est associée à tous les traitements du cancer de la prostate

Quelles en sont les causes ?

De nombreux facteurs peuvent contribuer à la fatigue au cours d’un traitement du cancer. Les raisons communes incluent :

Le cancer et le traitement du cancer

Le cancer peut provoquer en soi des changements dans votre corps, incluant l’augmentation de son besoin d’énergie. La chimiothérapie et la radiothérapie peuvent également causer de la fatigue tandis que votre corps travaille pour réparer vos cellules non cancéreuses endommagées. Les traitements qui ont des effets secondaires comme l’anémie et la douleur, ou qui affectent vos hormones, peuvent également contribuer à la fatigue.

Mauvaise nutrition

Lorsque vous êtes atteint d’un cancer, les besoins en nutriments de votre corps et sa capacité à assimiler ces éléments nutritifs peuvent changer. Toutefois, des effets secondaires comme le faible appétit, les nausées et les vomissements peuvent rendre difficile de couvrir vos besoins en nutriments.

Manque d’exercice

Si vous êtes normalement une personne active, les effets de la fatigue peuvent être plus prononcés parce que vous n’avez pas l’énergie nécessaire pour maintenir votre niveau habituel d’activité physique.

Conseils pour gérer cette situation

Dormez suffisamment

Maintenez une routine régulière pour avoir une bonne nuit de sommeil. Détendez-vous jusqu’avant de vous coucher, et assurez-vous que votre lit, oreillers et draps sont confortables. Évitez de dormir trop pendant la journée car cela peut accentuer votre sensation de fatigue.

Économisez votre énergie

Notez les moments où votre énergie est élevée, et planifiez vos activités et rendez-vous à ces moments de la journée. Vous devrez être actif pendant des périodes plus courtes, et n’oubliez pas de planifier également les pauses.

Demandez de l’aide

Vos proches et vos amis sont là pour vous soutenir, alors n’hésitez pas de prendre au mot leurs offres de soutien. Ils peuvent par exemple vous aider dans la cuisine, les corvées, le déplacement ou aider à prendre soin des animaux de compagnie.

Pratiquez de l’exercice

L’exercice régulier (l’aérobique et la musculation) et même une activité aussi simple que la marche, peuvent aider à améliorer votre niveau d’énergie et réduire la fatigue. Demandez toujours l’avis de votre équipe soignante avant de commencer ou de changer votre programme d’exercice.

Mangez bien

Optez pour une alimentation bien équilibrée et buvez beaucoup de liquides, surtout lorsque votre énergie et votre appétit sont bons. Entre les repas, prenez des collations toutes les 2 ou 3 heures.

Gérez votre humeur

La dépression et l’anxiété peuvent accentuer vos sensations de fatigue. Voir des conseils pour veiller sur votre bien-être émotionnel.

Travailler avec votre équipe soignante

Si votre fatigue a une cause spécifique, votre équipe soignante peut prendre des mesures pour la traiter, comme la prescription de suppléments nutritionnels, de médicaments ou de transfusions sanguines, alors tenez-les toujours au courant de ce que vous ressentez.

Dysfonction érectile

Qu’est-ce que c’est ?

La dysfonction érectile (DE), aussi appelée impuissance, est l’incapacité d’obtenir et de garder une érection suffisamment ferme pour avoir des relations sexuelles. Toutefois, ça ne vous empêche pas d’éprouver du plaisir, avoir un orgasme et être fertile.

La DE est un effet secondaire commun des traitements du cancer de la prostate, y compris la chirurgie (prostatectomie radicale), les radiothérapies et les thérapies hormonales. Selon le type de votre traitement et votre âge, il peut s’agir d’une DE permanente ou temporaire.

Conseils pour gérer cette situation

Si vous avez une DE à la suite du traitement du cancer de la prostate, il peut s’agir d’une autre source de frustration dans votre vie. Mais il existe certaines façons de vous aider à maîtriser cette situation.

N’abandonnez pas

Ne présumez pas que vous avez un problème permanent et qu’il n’y a rien à faire. Selon votre traitement, vous pouvez récupérer votre fonction érectile, mais cela peut prendre beaucoup de temps. En attendant, essayez de contrôler votre anxiété autour des expériences et activités sexuelles qui peut aggraver la DE.

Impliquez votre partenaire

Une communication honnête et ouverte peut aider à s’assurer que votre partenaire sait que ce n’est pas un signe d’intérêt diminué vis-à-vis d’eux, et peut vous aider à explorer d’autres façons de se satisfaire mutuellement. Le traitement est souvent plus efficace lorsqu’un homme implique son partenaire.

Gérez votre humeur

Le stress, l’anxiété et la dépression peuvent sérieusement affecter l’intimité et la fonction érectile. Exprimez librement toutes les questions entourant votre traitement et rétablissement auprès de votre équipe soignante.

Travailler avec votre équipe soignante

En fonction de la cause de votre DE, votre équipe soignante possède différentes options pour vous aider à réaliser les érections, y compris :

  • des médicaments (incluant les comprimés, les injections, et les dispositifs urétraux médicaux)
  • une pompe à érection
  • une prothèse pénienne

Douleur

Qu’est-ce que c’est ?

Les personnes atteintes d’un cancer avancé peuvent ressentir de la douleur. Elle peut vous affecter physiquement et émotionnellement, affectant la guérison et contribuer à la fatigue, la perte d’appétit et la difficulté de dormir. En fonction de votre cancer et des types de traitements que vous recevez, vous pouvez ressentir une douleur aiguë (à court terme), chronique (à long terme) ou paroxystique (douleur qui se produit malgré la prise d’une dose régulière de médicament antidouleur).

Conseils pour gérer cette situation

La chose la plus importante à savoir sur la douleur cancéreuse est que vous pouvez prendre des mesures pour la soulager. Votre équipe soignante peut vous aider à gérer la douleur de différentes façons, et il existe des mesures que vous pouvez prendre pour les aider :

Exprimez-vous

On ne vous demande pas d’accepter la douleur, et personne ne pensera que vous êtes faible parce que vous admettez que vous ressentez de la douleur. Plus votre équipe soignante en sait plus au sujet de votre douleur, mieux elle sera disposée pour vous aider à la maîtriser.

Surveillez votre douleur

Notez quand la douleur se produit, ce qui l’a déclenchée, son emplacement, son intensité (essayez une échelle simple de 1 à 10) et les mesures que vous avez prises pour la soulager. Ce genre d’information est très utile pour aider votre équipe soignante à contrôler votre douleur.

Respectez ces mesures

Cela peut prendre des heures ou des journées à maîtriser votre douleur. En attendant, de nombreux médicaments forts contre la douleur peuvent avoir des effets secondaires comme la confusion, la léthargie et la somnolence. Ne laissez pas ces effets secondaires vous empêcher de maintenir votre régime de traitement de la douleur ! Après les premières doses, ces effets secondaires finiront par disparaître et vous retournerez à votre état initial.

Travailler avec votre équipe soignante

Vous pouvez collaborer avec votre équipe soignante pour élaborer un plan de gestion de la douleur. Ce plan peut inclure :

  • Des médicaments en vente libre • Des médicaments sur ordonnance
  • Des traitements qui éliminent la source de la douleur, par exemple, la radiothérapie

Bouffées de chaleur

De quoi s’agit-il ?

Environ 50 à 80 % des hommes suivant des thérapies hormonales pour le cancer de la prostate sentiront une sorte de bouffées de chaleur. Il s’agit d’une sensation soudaine de chaleur dans le visage et la poitrine qui se propage ensuite vers le reste du corps en vagues, avec une durée de 2 à 30 minutes. Vous pouvez également transpirer, rougir, sentir votre cœur qui débat ou vous sentir anxieux. La cause exacte des bouffées de chaleur est inconnue, mais elle peut être liée à la façon dont les hormones interagissent avec l’hypothalamus, partie de votre cerveau qui contrôle la température corporelle.

Conseils pour les gérer

Les bouffées de chaleur disparaissent généralement lorsque votre corps s’habitue au traitement ou lorsque le traitement est arrêté, mais il y a un certain nombre de mesures que vous pouvez prendre sur une base quotidienne pour mieux les gérer.

  • Habillez-vous en couches pour que vous puissiez les enlever si vous avez chaud, et portez des vêtements plus amples fabriqués de tissus plus légers (par exemple, les vêtements en coton).
  • Restez dans les zones climatisées ou bien aérées (par exemple, avec un ventilateur ou une fenêtre ouverte).
  • Évitez les boissons chaudes, la caféine, les aliments épicés, le tabac et l’alcool.
  • Pratiquez des respirations lentes et profondes lorsque vous sentez le début d’une bouffée de chaleur, ou essayez des activités de détente comme le yoga ou la méditation.

Incontinence

Qu’est-ce que c’est ?

Beaucoup d’hommes qui ont subi des radiothérapies, la TURP (résection transurétrale de la prostate) ou la prostatectomie radicale sentiront l’incontinence, la perte involontaire d’urine. La bonne nouvelle est que c’est généralement temporaire, et que 6 mois après la chirurgie, la plupart des hommes perdront seulement quelques gouttes d’urine en soulevant des objets, en éternuant ou en toussant (également appelée incontinence d’effort). Certains hommes peuvent également souffrir d’incontinence urinaire impérieuse (également appelée vessie hyperactive), qui est une envie forte et soudaine d’uriner.

Conseils pour gérer cette situation

L’incontinence peut vous causer une gêne et de l’embarras, ce qui diminue votre jouissance de la vie. Si vous êtes plus âgé, cela peut également augmenter votre risque de tomber en vous précipitant aux toilettes. Mais le changement de certaines de vos habitudes peut minimiser l’impact de cette situation sur vous tandis que vous guérissez.

  • Buvez moins, surtout avant de vous coucher. Essayez d’éviter l’alcool, la caféine, les boissons gazeuses et sucrées, et les aliments épicés et acides.
  • Planifiez des passages réguliers aux toilettes toutes les quelques heures et entraînez votre vessie en augmentant progressivement l’intervalle temporel.
  • Travaillez vos muscles du plancher pelvien (qui aident à retenir l’urine) avec des exercices de Kegel. Votre médecin peut vous donner des conseils pour commencer.

Travailler avec votre équipe soignante

En plus des changements du mode de vie, votre équipe soignante peut vous aider davantage à maîtriser l’incontinence de plusieurs façons :

  • des médicaments qui réduisent l’irritabilité de la vessie, diminuent les spasmes de la vessie ou améliorent la vidange de la vessie
  • des interventions chirurgicales pour éliminer les blocages de l’urètre
  • des implants pour aider à restreindre le flux d’urine

En prenant soin de votre bien-être mental, émotionnel, et physique, vous serez mieux équipés pour faire face aux changements qui découlent d’un cancer avancé et de son traitement. Le rôle que vous jouez en prenant soin de vous-même est tout aussi important que n’importe quel médicament ou traitement.

Nous sommes là pour vous

Les spécialistes de notre réseau de soutien et de sensibilisation au cancer de la prostate sont spécialement formés, prennent le temps de répondre à vos questions par téléphone et de chercher les renseignements dont vous avez besoin.

Prenez également le temps nécessaire pour consulter chacune de nos pages sur ce site Web, de même que notre chaine YouTube, question de vous familiariser avec la maladie, nos conférences animées par des experts, les ressources disponibles, le soutien qui vous est offert, nos événements et les façons de vous impliquer pour faire avancer la cause.

bandeau ligne 1 855 pour cancer prostate

Retour
Nouvelles de PROCURE