Nouvelles de PROCURE

septembre 1, 2020

8 questions que les hommes se posent sur le cancer de la prostate

Sujet tabou vous diriez? Oui! D’autant plus qu’il y a plusieurs questions que les hommes se posent sur le cancer de la prostate sans en parler ouvertement bien sûr. Même balayées sous le tapis, n’en demeure pas moins quelles sont importantes, ne croyez-vous pas? Et si nous prenions le temps de nous les poser tout de même? Allons-y.

Quels sont les facteurs de risque de cancer de la prostate?
Les connaissances actuelles sur le cancer de la prostate sont encore incomplètes, en particulier en ce qui concerne ses facteurs de risque. L’âge, les antécédents familiaux et l’origine raciale (les hommes de race noire) sont les plus importants facteurs de risque. L’alimentation et d’autres facteurs environnementaux peuvent également y contribuer.

Le cancer de la prostate est-il héréditaire?
Les hommes qui ont des cas de cancer de la prostate dans leur famille y sont plus exposés que les autres et, en général, le cancer risque de se déclarer un peu plus tôt chez eux. Les hommes dont le père ou le frère ont eu un cancer de la prostate sont deux fois plus susceptibles d’en souffrir à leur tour. Si deux proches ont été atteints (par exemple, le père et un ou deux frères), le risque est encore plus élevé. On a observé qu’une prédisposition familiale ou héréditaire se rencontre dans environ 15 % des cas de cancer de la prostate. Il est probable qu’à la fois la génétique et l’environnement jouent un rôle dans le développement de ce cancer.

Peut-on prévenir le cancer de la prostate?
Il est possible que des modifications dans l’apport alimentaire, associées à la consommation de certains micronutriments, aient un impact sur le cancer de la prostate. Mais pour l’instant, rien n’est prouvé ni approuvé en matière de prévention du cancer de la prostate.

Quels sont les symptômes?
La plupart des cancers de la prostate se développent sans symptômes apparents et beaucoup d’hommes peuvent vivre avec cette maladie sans se douter de rien jusqu’à ce qu’elle soit décelée par un médecin. C’est un fait, 80 % des cancers de la prostate sont découverts de façon fortuite au cours d’un examen de routine. Les hommes qui en sont affectés se sentent parfaitement bien, quel que soit le stade de la maladie.

Quelle est la différence entre l’hypertrophie bénigne de la prostate et le cancer de la prostate?
L’hypertrophie bénigne de la prostate se caractérise par une augmentation bénigne de la taille de la prostate. On ne sait pas très bien pourquoi la prostate augmente de volume au point de finir par gêner le passage de l’urine, mais on considère que c’est une conséquence normale du vieillissement. Contrairement à ce qu’il se passe dans le cancer de la prostate, les cellules qui croissent et se multiplient sont parfaitement normales et il n’y a aucun risque qu’elles s’étendent à d’autres parties de l’organisme. L’hypertrophie bénigne de la prostate ne nécessite aucun traitement, sauf si les symptômes sont gênants.

Est-ce qu’un taux d’APS élevé indique toujours un cancer de la prostate?
Non. Il ne faut jamais perdre de vue que l’APS est spécifique à la prostate, mais pas au cancer de la prostate; son taux peut augmenter en l’absence d’un cancer pour diverses raisons: l’âge, la race, une hypertrophie bénigne ou une inflammation de la prostate, ou encore une infection urinaire. La plupart du temps, le taux redevient normal quand on peut traiter le problème. Il ne faut donc pas tirer de conclusions trop hâtives.

Le cancer de la prostate peut-il disparaître tout seul?
Non, mais dans bien des cas, le cancer de la prostate évolue lentement et peut, pendant une longue période, ne pas provoquer de symptômes, ne pas se propager et ne pas mettre la vie du patient en danger. Chez les hommes âgés (de plus de 70 ans en général), il est fréquent qu’un cancer à évolution lente ne cause jamais de problème et que le patient décède d’autre chose. Lorsque tout indique que le cancer progressera lentement, le médecin préférera peut-être attendre une éventuelle manifestation de la maladie avant d’entreprendre un traitement.

Peut-on guérir du cancer de la prostate?
Oui. Si le cancer est découvert suffisamment tôt, s’il reste confiné à la prostate et s’il est traité en temps opportun, on peut généralement le guérir.


Prenez le temps nécessaire pour consulter chacune de nos pages sur ce site Web, de même que notre chaîne YouTube, question de vous familiariser avec la maladie, nos conférences ou webinaires animés par des experts, les ressources disponibles et le soutien qui vous est offert.

Vous avez des questions ou des préoccupations? Surtout, n’hésitez pas. Contactez-nous au 1 855 899-2873 pour discuter avec une infirmière spécialisée en uro-oncologie. C’est simple et gratuit, comme tous nos services d’ailleurs.

Notre campagne de sensibilisation de septembre 2020
Septembre est le mois de sensibilisation au cancer de la prostate.
En septembre, PROCURE décomplexe la prostate!

Pages de notre site qui pourraient vous intéresser
Vous voulez en savoir davantage? Vous n’avez qu’à cliquer sur un des liens ci-dessous.
Reconnaître les signes et symptômes
Maladies liées à la prostate
Peut-on prévenir le cancer?

Nouvelles de PROCURE qui pourraient vous intéresser
Chaque semaine, nous publions un article blogue. En voici quelques-uns pour vous.
6 conseils pour maintenir votre prostate en santé
Test de l’APS : Oui, non, peut-être?
Avez-vous dit cancer de la prostate?

Rédigé par PROCURE. © Tous droits réservés – 2020

,

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour
Nouvelles de PROCURE