Autres effets

Homme assis sur son lit suite à un effets secondaires de son traitement
 

Douleur

Les personnes atteintes d’un cancer avancé peuvent ressentir de la douleur. Elle peut vous affecter physiquement et émotionnellement, affectant la guérison et contribuer à la fatigue, la perte d’appétit et la difficulté de dormir. En fonction de votre cancer et des types de traitements que vous recevez, vous pouvez ressentir une douleur aiguë (à court terme), chronique (à long terme) ou paroxystique (douleur qui se produit malgré la prise d’une dose régulière de médicament antidouleur).

Conseils pour gérer cette situation

La chose la plus importante à savoir sur la douleur cancéreuse est que vous pouvez prendre des mesures pour la soulager. Votre équipe soignante peut vous aider à gérer la douleur de différentes façons, et il existe des mesures que vous pouvez prendre pour les aider :

Exprimez-vous

On ne vous demande pas d’accepter la douleur, et personne ne pensera que vous êtes faible parce que vous admettez que vous ressentez de la douleur. Lorsque la douleur persiste longtemps, elle devient plus difficile à traiter. Plus votre équipe soignante en sait plus au sujet de votre douleur, mieux elle sera disposée pour vous aider à la maîtriser.

Surveillez votre douleur

Notez quand la douleur se produit, ce qui l’a déclenchée, son emplacement, son intensité (essayez une échelle simple de 1 à 10) et les mesures que vous avez prises pour la soulager. Ce genre d’information est très utile pour aider votre équipe soignante à contrôler votre douleur.

Respectez ces mesures

Cela peut prendre des heures ou des journées à maîtriser votre douleur. En attendant, de nombreux médicaments forts contre la douleur peuvent avoir des effets secondaires comme la confusion, la léthargie et la somnolence. Ne laissez pas ces effets secondaires vous empêcher de maintenir votre régime de traitement de la douleur ! Après les premières doses, ces effets secondaires finiront par disparaître et vous retournerez à votre état initial.

Travailler avec votre équipe soignante

Vous pouvez collaborer avec votre équipe soignante pour élaborer un plan de gestion de la douleur. Ce plan peut inclure :

  • Des médicaments en vente libre
  • Des médicaments sur ordonnance
  • Des traitements qui éliminent la source de la douleur, par exemple, la radiothérapie
 

Bouffées de chaleur

Environ 50 à 80 % des hommes suivant des thérapies hormonales pour le cancer de la prostate sentiront une sorte de bouffées de chaleur. Il s’agit d’une sensation soudaine de chaleur dans le visage et la poitrine qui se propage ensuite vers le reste du corps en vagues, avec une durée de 2 à 30 minutes. Vous pouvez également transpirer, rougir, sentir votre cœur qui débat ou vous sentir anxieux. La cause exacte des bouffées de chaleur est inconnue, mais elle peut être liée à la façon dont les hormones interagissent avec l’hypothalamus, partie de votre cerveau qui contrôle la température corporelle.

Conseils pour gérer cette situation

Les bouffées de chaleur disparaissent généralement lorsque votre corps s’habitue au traitement ou lorsque le traitement est arrêté, mais il y a un certain nombre de mesures que vous pouvez prendre sur une base quotidienne pour mieux les gérer.

  • Habillez-vous en couches pour que vous puissiez les enlever si vous avez chaud, et portez des vêtements plus amples fabriqués de tissus plus légers (par exemple, les vêtements en coton).
  • Restez dans les zones climatisées ou bien aérées (par exemple, avec un ventilateur ou une fenêtre ouverte).
  • Évitez les boissons chaudes, la caféine, les aliments épicés, le tabac et l’alcool. Ne pas prendre de plante médicinale sans en discuter avec votre médecin.
  • Pratiquez des respirations lentes et profondes lorsque vous sentez le début d’une bouffée de chaleur, ou essayez des activités de détente comme le yoga ou la méditation.

Si votre situation est insupportable, votre médecin peut vous prescrire un traitement, tel que :

  • Des antidépresseurs, tels que la venlafaxine (Effexor) et la sertraline (Zoloft)
  • Des traitements non hormonaux, tels que la gabapentine (Neurontin)
  • De la progestérone, tels que l’acétate de mégestrol (Megace, Ovaban, Pallace)
En prenant soin de votre bien-être mental, émotionnel, et physique, vous serez mieux équipés pour faire face aux changements qui découlent d’un cancer avancé et de son traitement. Le rôle que vous jouez en prenant soin de vous-même est tout aussi important que n’importe quel médicament ou traitement. bandeau ligne 1 855 pour cancer prostate
Retour
Nouvelles de PROCURE