FAQ

Les questions à poser à son médecin

Est-ce que cette procédure ou ce traitement m’exposerait à un risque plus élevé de contracter le COVID-19?
Est-il nécessaire d’avoir la procédure maintenant ou est-il sécuritaire d’attendre?
Pensez-vous que nous devrions retarder cette procédure? Si oui, pendant combien de temps?
Quelles précautions dois-je prendre lorsque je me présente pour un traitement?
Si je suis immunosupprimé, dois-je porter un masque ou des gants à la maison lorsque je suis avec ma famille et d’autres personnes?
Si j’ai des questions concernant mon traitement ou les effets secondaires, qui dois-je appeler?

 

 

Foire aux questions

Symptômes du COVID et cancer de la prostate (+)

Je crains d’avoir un coronavirus – que dois-je faire?

Si vous recevez actuellement un traitement pour votre cancer de la prostate, autre qu’une hormonothérapie standard, et qu’une fièvre, une toux ou des difficultés respiratoires apparaissent, appelez votre équipe soignante. On vous dira à quel moment vous devriez vous rendre à la clinique ou à l’hôpital, et dans quel cas il est plus sûr de rester à la maison.
Suivez les conseils qui vous seront donnés. Les mesures du gouvernement et de distanciation sont encore plus importantes dans votre cas pour réduire le risque d’infection.

Quelqu’un avec qui je vis à des symptômes – que devons-nous faire?

Si vous recevez actuellement un traitement pour votre cancer de la prostate, autre qu’une hormonothérapie standard, et qu’une personne avec qui vous vivez a une toux, une fièvre ou des difficultés respiratoires, essayez de garder une bonne distance autant que possible et informer votre équipe médicale de la situation.
Suivez les conseils qui vous seront donnés. Les mesures du gouvernement et de distanciation sont encore plus importantes dans votre cas pour réduire le risque d’infection.

Les symptômes de la COVID-19 risquent-ils d’être différents en cas de cancer de la prostate?

Le cancer de la prostate n’augmente pas votre risque d’attraper le coronavirus, ou le risque de développer des symptômes plus graves. Il reste relativement le même que pour le reste de la population. Les personnes à risque concernent surtout les personnes âgées, 70 ans et plus, et ceux qui souffrent de graves problèmes de santé chroniques comme les maladies pulmonaires, cardiaques ou rénales, le diabète et différents types de cancer agressif.

Les effets du coronavirus pourraient être plus graves si vous êtes atteints d’un cancer de la prostate et que votre système immunitaire est compromis ou affaibli par un traitement. Ceux-ci incluent:

  • Si vous recevez ou avez reçu une chimiothérapie au cours des trois derniers mois
  • Si vous participez à un essai clinique et recevez un traitement d’immunothérapie
  • Si vous recevez un traitement de Radium-223

Si vous subissez ou avez récemment subi l’un de ces traitements, il est très important de suivre les procédures de confinement afin de réduire tout risque de contamination.
De plus, certains traitements tels qu’une chirurgie récente ou une hormonothérapie de nouvelle génération (celle prise par la bouche), pourraient affaiblir votre système immunitaire, vous rendant ainsi plus à risque.

En plus de suivre les consignes gouvernementales pour réduire le risque d’infection, nous vous invitons à:

  • Restez à la maison
  • Limitez les contacts avec d’autres personnes
  • Se laver les mains soigneusement et régulièrement avec du savon et de l’eau

Si vous recevez actuellement ou avez déjà reçu un traitement contre le cancer, et êtes préoccupé par votre risque de contamination, parlez-en avec votre médecin ou avec les membres de votre équipe soignante. Ils vous tiendront également informé de tout changement possible concernant vos rendez-vous médicaux et/ou vos traitements au cours de l’éclosion de la COVID-19.

Suis-je à risque accru de coronavirus? (+)

J’ai eu un traitement pour un cancer de la prostate. Suis-je plus à risque?

Non. Le cancer de la prostate n’augmente pas votre risque d’attraper le coronavirus, ou le risque de développer des symptômes plus graves. Il reste relativement le même que pour le reste de la population. Les personnes à risque concernent surtout les personnes âgées, 70 ans et plus, et ceux qui souffrent de graves problèmes de santé chroniques comme les maladies pulmonaires, cardiaques ou rénales, le diabète et différents types de cancer agressif.

J’ai subi une chirurgie de la prostate dernièrement

Normalement vous n’êtes pas plus à risque que la population normale. Par contre, si vous êtes en convalescence suite à une chirurgie récente, votre système immunitaire pourrait être affaibli, vous rendant ainsi plus à risque. Suivez les consignes gouvernementales pour réduire votre risque d’infection.

Si vous avez subi une chirurgie pour traiter un cancer de la prostate dans le passé et que vous vous êtes remis de l’opération, cela n’augmentera pas votre risque d’attraper un coronavirus. Cela n’augmentera pas non plus le risque de symptômes plus graves si vous attrapez un coronavirus.

J’ai eu – ou je reçois – une radiothérapie

Vous n’êtes pas plus à risque que la population normale si vous avez terminé votre traitement de radiothérapie.

Si vous êtes au milieu d’une radiothérapie, vous n’aurez peut-être pas la possibilité de reporter. Votre équipe soignante fera tout son possible pour poursuivre votre traitement contre le cancer tout en vous protégeant de l’infection, alors n’hésitez pas à poser des questions. Suivez les consignes gouvernementales pour réduire votre risque d’infection.

Traitement des métastases

Certains hommes atteints d’un cancer de la prostate avancé ont recours à la radiothérapie pour soulager la douleur osseuse dans certaines parties du corps où le cancer s’est propagé. Selon l’os qui est traité et la dose de radiothérapie, cela peut affecter la moelle osseuse, ce qui peut entraîner une baisse temporaire du nombre de cellules sanguines qui aident à lutter contre l’infection. Si cela se produit, cela pourrait signifier que vous êtes plus susceptible d’avoir des infections.

Parlez à votre médecin, radio-oncologue ou infirmière si vous suivez une radiothérapie pour traiter les symptômes d’un cancer avancé de la prostate et craignez que vous ne couriez un risque accru.
Ils vous tiendront également informé de tout changement possible concernant vos rendez-vous médicaux et/ou vos traitements au cours de l’éclosion de la COVID-19.
Dans tous les cas, contactez votre équipe médicale si vous avez des signes d’infection.

Je suis sous hormonothérapie standard (Éligard, Lupron, etc)

Les traitements d’hormonothérapie standard n’augmentent pas votre risque d’attraper le coronavirus, ou d’avoir des symptômes plus graves si vous attrapez un coronavirus.
Cela signifie qu’il est sûr de continuer à suivre un traitement hormonal.

Je suis traité avec une hormonothérapie de nouvelle génération (Xtandy, Zytiga, Erleada, Nubeqa)

Certains traitements d’hormonothérapie de nouvelle génération peuvent diminuer vos défenses immunitaires et donc peuvent vous fragiliser. Il est bien entendu déconseillé d’interrompre vos traitements sans consultation préalable. Si vous avez des inquiétudes ou des questions, parlez-en avec votre médecin. Soyez particulièrement attentif aux consignes du gouvernement et des autorités de santé. Sensibilisez également votre entourage. Les mesures de distanciation sont encore plus importantes dans votre cas.

J’ai eu dernièrement – ou je reçois – le Radium-223

Si vous prenez du radium-223 (Xofigo®) pour traiter la douleur osseuse causée par un cancer avancé de la prostate, cela peut occasionnellement affecter la moelle osseuse et augmenter le risque de contracter des infections. Parlez à votre médecin ou infirmière si vous êtes inquiet. Sensibilisez également votre entourage. Les mesures de distanciation sont encore plus importantes dans votre cas pour réduire le risque d’infection.

Je viens de terminer un cycle de chimiothérapie

Les effets du coronavirus pourraient être plus graves si vous êtes atteints d’un cancer de la prostate et que votre système immunitaire est compromis ou affaibli par un traitement de chimiothérapie. Si vous recevez une chimiothérapie et avez reçu ce traitement au cours des 3 derniers mois, il est très important de suivre les procédures de confinement afin de réduire tout risque de contamination. Sensibilisez également votre entourage. Les mesures de distanciation sont encore plus importantes dans votre cas pour réduire le risque d’infection.

J’ai des métastases et je reçois une chimiothérapie, du Xgeva (ou Zometa)

Vos médecins ont bien conscience des risques liés aux traitements, du risque épidémique COVID-19, mais aussi des risques liés à l’interruption du traitement, notamment sur la progression du cancer. Si votre médecin ne vous a pas demandé d’interrompre votre traitement, c’est qu’il juge le risque lié à l’interruption du traitement plus important que celui lié à la poursuite de celui-ci.

Si votre médecin décide de reporter votre traitement, c’est qu’il juge le risque lié à l’interruption du traitement beaucoup moins important que celui lié au risque de développer une grave infection au COVID 19, mettant donc en danger votre vie.

Dans tous les cas, un traitement actif contre un cancer métastatique est un facteur de risque pour développer une forme plus grave de la maladie COVID 19. Conséquemment, vous êtes encouragés à redoubler de vigilance; il est important de respecter le confinement chez soi, de limiter les contacts avec les proches et de bien respecter les consignes d’hygiène, notamment de lavage des mains.

Parlez à votre médecin ou à votre infirmière si vous êtes concerné et contactez votre équipe médicale si vous avez des signes d’infection.

J’ai un cancer de la prostate avancé et je participe à un essai clinique

L’essai clinique devrait se poursuivre. C’est le recrutement à un essai clinique qui est reporté. Si vous participez à un essai clinique, vous êtes encouragés à redoubler de vigilance; il est important de respecter le confinement chez soi, de limiter les contacts avec les proches et de bien respecter les consignes d’hygiène, notamment de lavage des mains.
Parlez à votre médecin ou à votre infirmière de recherche si vous êtes concerné et contactez votre équipe médicale si vous avez des signes d’infection.

Précautions et directives (+)

Quelles sont les consignes qui ont été élaborées par les centres de cancérologie pour la prise en charge des patients qui ont le cancer de la prostate?

Les directives générales pour les centres de cancérologie sont de trier quel type de traitements, chirurgies, examens, suivis médicaux qui peuvent ou non être reportés à une date ultérieure, prenant toujours en considération l’impact sur votre pronostic, votre type de cancer de la prostate et les délais occasionnés.

Soyez rassurés, les médecins ont bien conscience des risques liés aux traitements, du risque épidémique COVID-19, mais aussi des risques liés à l’interruption du traitement, notamment sur la progression de votre cancer. C’est pourquoi un comité de vigilance en oncologie est en place et chaque dossier de patient est passé au peigne fin pour savoir s’il y a urgence de traiter ou non, afin de limiter l’exposition au COVID-19.

Quelles sont les précautions/directives prises pour la protection des patients dans les centres hospitaliers?

Si un examen doit avoir lieu et qu’un rendez-vous est confirmé, ou que vous devez initier un traitement de radiothérapie, il ne faut pas avoir peur d’y aller. Les centres d’oncologie ont pris les dispositifs nécessaires pour assurer votre sécurité. Vous serez informé de ces dispositifs avant votre rendez-vous.

Traitements et suivis médicaux – Que se passera-t-il et qui m’informera? (+)

Vais-je recevoir mon traitement contre le cancer de la prostate comme prévu?

Pas nécessairement.

Soyez rassurés, les médecins ont bien conscience des risques liés aux traitements, du risque épidémique COVID-19, mais aussi des risques liés à l’interruption du traitement, notamment sur la progression de votre cancer. C’est pourquoi un comité de vigilance en oncologie est en place et chaque dossier de patient est passé au peigne fin pour savoir s’il y a urgence de traiter ou non, afin de limiter l’exposition au COVID-19.

Par exemple, un cancer de la prostate agressif ou à haut risque de progression sera traité. Cependant, s’il est impossible d’avoir accès à une chirurgie dans des délais acceptables, plusieurs options peuvent être envisagées, comme une radiothérapie, ou dans l’intérim, une hormonothérapie pour contrôler la progression du cancer et le mettre en “veilleuse” avant ladite chirurgie.

Si votre médecin décide de reporter votre traitement, c’est qu’il juge le risque lié à l’interruption du traitement beaucoup moins important que celui lié au risque de développer une grave infection au COVID 19, mettant donc en danger votre vie. Heureusement, la majorité des cancers de la prostate sont diagnostiqués tôt, progressent plus lentement que d’autres cancers, ce qui permet une certaine flexibilité en termes de délais de traitement, sans pour autant vous causer de préjudices.

J’étais cédulé pour une chirurgie. Sera-t-elle annulée? Reportée? Quelles seront mes alternatives?

À l’heure actuelle, toutes interventions chirurgicales sont reportées afin de diminuer un risque d’exposition à la COVID-19. La chirurgie de la prostate implique un séjour à l’hôpital, ce qui pourrait vous mettre à risque d’être infecté. Comme le cancer de la prostate se développe souvent lentement, donc pour de nombreux hommes, un retard ou une modification de leur traitement ne devrait pas affecter l’efficacité de leur traitement à long terme.

Cependant, s’il est impossible d’avoir accès à une chirurgie dans des délais acceptables, plusieurs options peuvent être envisagées, comme une radiothérapie, ou dans l’intérim, une hormonothérapie pour contrôler la progression du cancer et le mettre en “veilleuse” avant ladite chirurgie.

Si votre médecin doit retarder ou modifier votre traitement, il vous en parlera d’abord et vous aidera à comprendre vos options et pourquoi cela se produit. N’hésitez pas à parler à votre médecin de vos inquiétudes durant cette conversation.

Si mon traitement est reporté, est-ce que mon cancer peut progresser?

Heureusement, la majorité des cancers de la prostate sont diagnostiqués tôt, progressent plus lentement que d’autres cancers, ce qui permet une certaine flexibilité en termes de délais de traitement, sans pour autant vous causer de préjudices.

Un cancer de la prostate agressif ou à haut risque de progression sera traité. Par exemple, si les tests montrent que votre cancer a plus de chances de se développer rapidement ou de se propager, votre médecin prendra les dispositions nécessaires afin que vous obteniez le traitement dont vous avez besoin sans délai inutile.

Si votre médecin décide de reporter votre traitement, c’est qu’il juge le risque lié à l’interruption du traitement beaucoup moins important que celui lié au risque de développer une grave infection au COVID 19, mettant donc en danger votre vie.

Si votre médecin doit retarder ou modifier votre traitement, il vous en parlera d’abord et vous aidera à comprendre vos options et pourquoi cela se produit. N’hésitez pas à parler à votre médecin de vos inquiétudes durant cette conversation.

Est-ce que mon traitement pourrait être interrompu si j’ai des symptômes?

Si vous suivez un traitement en centre hospitalier, comme par exemple une radiothérapie, une chimiothérapie ou si vous participez à un essai clinique, contactez votre équipe médicale pour les informer de votre situation et suivez les conseils qu’ils vous donneront, en plus de suivre les consignes du gouvernement.

Je suis en attente d’un RDV pour passer un scan, une scintigraphie, une IRM ou autres tests à la suite de mon diagnostic. Est-ce que ces examens pourraient être reportés? Qui m’informera?

Oui ces tests pourraient être reporter. La décision de maintenir, de céduler ou de reporter vos tests complémentaires sera en fonction des résultats de votre biopsie et de votre état de santé.

D’un autre côté, si un examen doit avoir lieu et qu’un rendez-vous est confirmé, il ne faut pas avoir peur d’y aller. Les centres d’oncologie ont pris les dispositifs nécessaires pour assurer votre sécurité. Vous serez informé de ces dispositifs avant votre rendez-vous.

Je suis en attente d’un RDV pour une biopsie. Est-ce que cet examen pourrait être reporté? Qui m’informera?

Oui votre biopsie pourrait être reporter afin de diminuer un risque d’exposition à la COVID-19. La décision de la maintenir serait en fonction de votre résultat d’APS et toucher rectal. Si elle doit avoir lieu et qu’un rendez-vous est confirmé, il ne faut pas avoir peur d’y aller. Les centres d’oncologie ont pris les dispositifs nécessaires pour assurer votre sécurité. Vous serez informé de ces dispositifs avant votre rendez-vous.

Je suis sous surveillance active. Est-ce que mes RDV de suivi pourraient être annulés ou reportés?

Afin de diminuer un risque d’exposition à la COVID-19, vos rendez-vous de suivi seront reportés, surtout si votre cancer de la prostate est stable et n’évolue pas, selon les résultats de vos tests d’APS.

Je dois subir des tests d’APS aux 3 mois. Où et comment je procède?

Afin de diminuer le risque d’exposition au COVID-19, et à moins d’une indication contraire de la part de votre médecin, le dépistage ou vos rendez-vous de suivi seront reportés, surtout si votre cancer de la prostate est stable et n’évolue pas, selon les résultats de vos tests d’APS. Vos rendez-vous de suivis médicaux auront lieu par téléphone afin que vous n’ayez pas à vous rendre à l’hôpital ou à une clinique. Tout cela pour votre sécurité.

Symptômes urinaires, facteurs de risque d’un cancer de la prostate (+)

J’ai des symptômes urinaires importants. J’ai également une histoire familiale de cancer de la prostate. Où consulter?

Consultez si vous avez des symptômes urinaires où tout autre symptôme. Les CLSC et cliniques sans rendez-vous sont là pour vous, de même que nos infirmières, spécialisées en uro-oncologie au 1 855 899-2873.

Que doivent faire les patients inquiets? (+)

Qui contacter ? Où aller ? Quoi faire pour s’occuper ?

Si vous restez à la maison (auto-isolement) ou si vous vous éloignez des autres (distanciation sociale), vous pouvez vous sentir inquiet ou anxieux d’être seul pendant un certain temps. Vous pouvez également trouver difficile ou bouleversant d’être loin de votre famille ou de vos amis.

C’est une période inquiétante pour tout le monde. Il est normal de se sentir anxieux, stressé ou même triste de ce qui se passe, surtout si vous avez un cancer de la prostate.

Vous pouvez toujours parler aux gens par téléphone ou en ligne, y compris votre famille et vos amis, les professionnels de la santé et nos infirmières spécialisées au 1 855 899-2873. Il y a des gens qui peuvent vous aider si vous avez une question ou une préoccupation. Vous n’êtes pas seul.

Il peut également être utile de réfléchir aux choses que vous pourriez faire à la maison pour vous occuper pendant que vous vous isolez. Vous pourriez essayer d’entrer dans une routine quotidienne et de garder les choses aussi normales que possible. Cela peut aider à vous distraire. Vous voudrez peut-être essayer certains des conseils suivants, comme:

  • Essayer de vous laver et de vous habiller tous les jours, si vous le pouvez
  • Appeler votre famille, vos amis ou vos voisins pour leur demander s’ils peuvent acheter de la nourriture et les médicaments sur ordonnance dont vous avez besoin – la plupart des gens qui vont bien seront heureux de vous aider si vous leur demandez
  • Boire beaucoup d’eau et avoir une alimentation équilibrée
  • Rester actif en faisant quelques exercices doux à la maison si vous pouvez le faire en toute sécurité, comme des étirements, du yoga, des tâches ménagères légères ou du jardinage d’intérieur
  • Rédiger une liste des travaux à faire dans votre demeure, comme ranger un placard ou faire du bricolage léger
  • Continuer à faire des choses que vous aimez à la maison, comme lire, cuisiner ou écouter de la musique
  • Penser à tenir un agenda ou un journal, afin de vous souvenir de faire des activités que vous aimez tous les jours

Prendre soin de soi et rester occupé est important pendant cette période. Essayez de rester en contact avec vos amis et votre famille – n’oubliez pas qu’il y a toujours des gens qui peuvent vous aider, même si vous êtes seul à la maison.

Retour
Nouvelles de PROCURE