Signes et symptômes

Goutte tombant du robinet illustrant les symptômes urinaires du cancer de la prostate

Vue d’ensemble

Un cancer « silencieux »

Le plus souvent, le cancer de la prostate ne s’accompagne d’aucun symptôme; on le dit « silencieux ». Il sera découvert par hasard, à la suite d’une prise de sang ou lors d’un examen de routine de la prostate. Dans ce cas, le médecin aura effectué un toucher rectal, noté une induration, et il aura sonné l’alarme. Ce durcissement est le signe clinique le plus fréquent.

Symptômes similaires lorsque l’urètre est comprimé

Les symptômes commencent à apparaître lorsque la tumeur augmente et exerce une pression sur l’urètre ou lorsqu’il est avancé. Les symptômes sont les mêmes que pour l’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP), car en vieillissant la prostate augmente en volume et comprime l’urètre. La prostatite peut également causer des symptômes similaires au cancer de la prostate.

Passé l’âge de 40 ans, il est important que les hommes s’assurent de ne pas confondre HBP, prostatite et cancer de la prostate. L’examen par un médecin devient donc plus qu’important pour en avoir le cœur net.

L’HBP ou prostate volumineuse

Illustration d’une hbp

Les signes et symptômes les plus communs

Aux premiers stades de l’HBP, il n’y a pas de signes et symptômes. Ceux-ci apparaissent lorsque la prostate dont la taille a augmenté exerce de la pression sur l’urètre et la vessie. Cela peut réduire le diamètre de l’urètre (le comprimer) ou le bloquer, ce qui peut causer des changements des habitudes urinaires et de la difficulté à uriner.

L’HBP peut engendrer les symptômes suivants:

  • Un besoin d’uriner souvent le jour et la nuit (mictions fréquentes)
  • Un urgent besoin d’uriner (mictions urgentes)
  • De la difficulté à commencer ou à arrêter d’uriner
  • Un jet d’urine faible ou qui s’interrompt
  • Une sensation de mal vider sa vessie
  • Une difficulté à contrôler sa vessie (fuite urinaires)
  • Une douleur ou sensation de brûlure lorsqu’on urine
  • Une difficulté à avoir une érection
  • Une éjaculation douloureuse
  • Une présence de sang dans l’urine ou dans le sperme (plus rare)

La prostatite ou inflammation de la prostate

Illustration d’une prostatite

Les signes et symptômes les plus communs

La prostatite peut causer un grand éventail de symptômes très variables d’un homme à l’autre. Ils sont similaires à ceux provoqués par l’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) et le cancer de la prostate. Par contre, elle se distingue par la présence de douleurs dans la région pelvienne et si aiguë, par une forte fièvre et des frissons.

La prostatite peut être causée par une infection urinaire (prostatite bactérienne) ou par une infection transmise sexuellement (prostatite infectieuse). Dans tous les cas, il faut consulter un médecin rapidement.

La prostatite peut engendrer les symptômes suivants:

  • Un besoin d’uriner souvent le jour et la nuit (mictions fréquentes)
  • Un urgent besoin d’uriner (mictions urgentes)
  • Une difficulté à commencer ou à arrêter d’uriner
  • Un jet d’urine faible ou qui s’interrompt
  • Une sensation de mal vider sa vessie
  • Une douleur ou sensation de brûlure lorsqu’on urine
  • Des douleurs dans la région du bassin (organes génitaux, aine, bas du ventre ou bas du dos)
  • Une difficulté à avoir une érection
  • Une éjaculation difficile ou douloureuse
  • Une présence de sang dans l’urine ou dans le sperme
  • De la fièvre et des frissons si la prostatite est aiguë
  • Des infections urinaires récurrentes
  • Des troubles sexuels et perte de libido

L’HBP et la prostatite ne correspondent pas à un cancer de la prostate. Elles font partie des maladies les plus courantes liées à la prostate.

Cancer localisé

Les signes et symptômes d’un cancer localisé

stade 1 cancer prostate

Les signes et symptômes les plus communs

Il est fréquent que le cancer de la prostate, lors des tout premiers stades, ne cause aucun symptôme dû à son développement généralement lent. Les symptômes commencent à apparaître si la tumeur grossit et comprime votre urètre – entraînant des changements de vos habitudes urinaires ou d’autres problèmes – ou si votre cancer est avancé. La tumeur ne cause pas de douleur à la prostate proprement dite. Elle peut uniquement causer des symptômes, surtout urinaires.

Comme mentionné plus haut, il ne faut pas perdre de vue que tous ces symptômes sont généralement causés par un grossissement bénin de la prostate qui survient avec l’âge et non par un cancer de la prostate. Ils peuvent également être causés par d’autres problèmes liés à l’appareil urinaire, dont la prostatite bactérienne ou infectieuse, entre autres.

Le cancer peut engendrer les symptômes suivants:

  • Un besoin d’uriner souvent le jour et la nuit (mictions fréquentes)
  • Un urgent besoin d’uriner (mictions urgentes)
  • De la difficulté à commencer ou à arrêter d’uriner
  • Un jet d’urine faible ou qui s’interrompt
  • Une sensation de mal vider sa vessie
  • Une difficulté à contrôler sa vessie (fuite urinaires)
  • Une douleur ou sensation de brûlure lorsqu’on urine
  • Une difficulté à avoir une érection
  • Une éjaculation douloureuse
  • Une présence de sang dans l’urine ou dans le sperme (plus rare)

Cancer avancé

Les signes et symptômes d’un cancer avancé

stade 4 cancer prostate

Les signes et symptômes lorsqu’il se propage à l’extérieur de la prostate

Le cancer qui a pris naissance dans la prostate gagne ensuite les ganglions pelviens (ce ne sont pas les mêmes ganglions que ceux de l’aine, qui sont perceptibles: les ganglions pelviens se trouvent en profondeur dans le ventre, près de la prostate ; on ne les voit pas et on ne les sent pas). C’est ce qu’on appelle des métastases ganglionnaires. Ces métastases ganglionnaires ne causent pas de douleur, mais peuvent, à l’occasion, causer un œdème (enflure) des pieds et des chevilles (voir plus bas pourquoi).

Au stade encore plus avancé de la maladie, les cellules cancéreuses ont généralement migré vers les os, en particulier ceux du bassin et de la colonne vertébrale (ce sont les métastases osseuses).

Si les métastases sont assez grosses, les symptômes suivants peuvent alors apparaître:

  • De la douleur au bas du dos ou dans les hanches
  • Un engourdissement ou paralysie des membres inférieurs (au niveau de la colonne vertébrale, les métastases peuvent comprimer la moelle épinière)
  • Un œdème (enflure) des pieds et des chevilles (les métastases ganglionnaires peuvent causer un mauvais drainage lymphatique des membres inférieurs)
  • Une perte de poids et atteinte de l’état général (on ne se sent pas bien)
  • Une fatigue constante et pâleur (les métastases osseuses peuvent causer une anémie)

Les tests que votre médecin doit faire avec ces signes et symptômes

Si vous présentez des symptômes inhabituels, il est important de consulter un médecin pour déterminer les causes. Le médecin pourra alors vous proposer un test sanguin d’antigène prostatique spécifique (APS) et un toucher rectal.

Si votre médecin croit que d’autres tests doivent être effectués pour confirmer ou infirmer que vous avez un trouble de la prostate, il vous dirigera vers un urologue. Celui-ci vous fera sans doute repasser certains des tests que vous avez déjà subis. Il est possible qu’on vous demande de faire un autre test de l’APS dans un futur proche pour vérifier si votre taux d’APS augmente avec le temps. Selon les résultats, vous déciderez ensemble de la future marche à suivre, vos options de traitements et les effets secondaires qui en découlent.

Retour
Nouvelles de PROCURE