Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
56% des patients
et des aidants
naturels québécois
Souhaiteraient que de
meilleures options
de traitement soient disponibles.
Slide background

Un homme sur 7 risque d’avoir un
cancer de la prostate au cours de sa vie

PROCURE - halte au cancer de la prostate

PROCURE en action

Nouvelles de PROCURE

Traitement sur mesure du cancer de la prostate

nov 27th, 2014 in Nouvelles

Au fil des années, le traitement du cancer de la prostate a grandement progressé. Les médecins peuvent maintenant offrir aux patients un traitement plus adapté. En effet, les progrès de la science, de la technologie et des techniques chirurgicales ont permis aux équipes médicales d’offrir des traitements du cancer de la prostate plus personnalisés.

Analyse d’ADN pour un traitement personnalisé et optimisé cancer de la prostate

Dr Ash Tewari, Président du Département d’Urologie au Mont Sinaï, utilise un traitement sur ​​mesure pour chaque patient, allant même jusqu’au niveau moléculaire (niveau génomique). En effet, le Dr Tewari et son équipe combinent l’analyse d’ADN, l’imagerie et la chirurgie spécialisée pour offrir un traitement du cancer de la prostate plus complet et précis.

Selon le Dr Tewari, l’analyse des patients au niveau génomique permet de comprendre et d’évaluer quel type de thérapie personnalisée est mieux adaptée pour chaque patient. En effet, un certain traitement peut fonctionner sur un patient mais peut ne pas être optimal pour un autre. Certains patients sont de meilleurs candidats pour la radiation et d’autres ne le sont pas. En d’autres termes, les traitements personnalisés utilisant la génomique peuvent aider à obtenir un résultat optimal.

Pour plus d’informations concernant les traitements adaptés du cancer de la prostate, contactez PROCURE ou consultez les sections suivantes : La maladie, Traitements, Questions à mon médecin.

La combinaison de deux médicaments pourrait améliorer la survie chez les hommes atteints d’un cancer avancé de la prostate

nov 27th, 2014 in Nouvelles

a survie de patients atteints d’un cancer avancé de la prostate pourrait être améliorée grâce à une combinaison de deux médications. En effet, une recherche menée par une équipe médicale affiliée à Harvard pourrait potentiellement transformer le traitement du cancer de la prostate. Selon les résultats, la vie des hommes atteints de cancer avancé de la prostate traités avec une combinaison d’anti-androgènes et de docétaxel (chimiothérapie) pourrait s’allonger de 14 à 17 mois par rapport aux hommes qui ont débuté leur traitement avec des anti-androgènes seulement.

Le traitement du cancer avancé de la prostate

L’hormonothérapie est le traitement de base pour les patients dont le cancer de la prostate s’est propagé au-delà de la glande de la prostate. Les médicaments utilisés en hormonothérapie sont les anti-androgènes. Ceux-ci bloquent le développement des cellules prostatiques cancéreuses en arrêtant la production de testostérone. Ce traitement du cancer de la prostate avancé fonctionne pendant un certain temps, mais, éventuellement, le corps développe une résistance et les cellules cancéreuses recommencent à croître et à se propager. Dès lors, les médecins renforcent normalement le traitement par l’ajout d’un médicament de chimiothérapie appelé docétaxel.

L’augmentation de la survie en utilisant une combinaison de deux médicaments

Au fil du temps, il a été démontré que le docétaxel améliore la survie des patients atteints de cancer avancé de la prostate. Ainsi, certains scientifiques ont commencé à se demander si le taux de survie pourrait s’en trouver davantage amélioré en combinant le docétaxel aux anti-androgènes dès le début du traitement.

Afin de valider cette proposition, une équipe médicale du Dana-Farber Cancer Institute’s Lank Center for Genitourinary Oncology a fait une recherche sur 790 hommes atteints de cancer de la prostate avancé. Les patients ont été divisés en deux groupes. Le premier groupe a été traité par une combinaison d’anti-androgènes et six cycles de docétaxel pour 18 semaines, suivi d’un traitement par anti-androgènes seulement. Le deuxième groupe a reçu initialement le traitement par anti-androgènes (hormonothérapie), puis a ont poursuivi avec le docétaxel, si leur cancer avait empiré.

Les hommes ayant obtenu la combinaison des deux médicaments dès le départ ont vécu, en moyenne, 58 mois, comparativement à 44 mois pour les hommes qui ont commencé leur traitement avec seulement des anti-androgènes. Les patients atteints d’un cancer très avancé semblent bénéficier le plus de la combinaison de deux médicaments.

Il est important de noter que le traitement combiné ne convient que pour les patients qui sont aptes à recevoir une chimiothérapie. Les hommes très âgés, frêles ou malades ne sont pas admissibles à recevoir un tel traitement.

Validation des résultats

Les résultats de la recherche ont été présentés lors de la réunion annuelle de l’American Society of Clinical Oncology à Chicago. Cependant, l’étude n’a pas encore été publiée dans une revue médicale. En effet, des experts et d’autres scientifiques devront valider les résultats. Des spécialistes pourraient potentiellement envisager d’autres thérapies qui peuvent être moins toxiques.

Pour plus d’informations par rapport à cette recherche, contactez PROCURE ou consultez les sections suivantes : La maladie, Traitements, Questions à mon médecin.

Une carence en vitamine D pourrait être liée au niveau d’agressivité du cancer de la prostate

nov 27th, 2014 in Nouvelles

Les bénéfices de la vitamine D

Une grande quantité de recherches présentent les multiples bénéfices de la vitamine D tels que la régulation du niveau de calcium et de phosphore, le renforcement des os ainsi que les bienfaits apportés aux reins, intestins et glandes parathyroïdes. En effet, des études antérieures ont trouvé un lien important entre un faible niveau de vitamine D et de nombreux problèmes de santé.

Vitamine D et cancer de la prostate

L’un des effets positifs les plus importants de la vitamine D est la possibilité de protéger contre le cancer. Plus précisément, la vitamine D peut aider à prévenir la croissance tumorale en bloquant la propagation des cellules cancéreuses. Une étude récemment publiée dans la revue scientifique Clinical Cancer Research suggère que le faible niveau de vitamine D chez les hommes pourrait être associé à un risque accru d’un cancer de la prostate agressif. En fait, plus le niveau de vitamine D est faible, plus le cancer de la prostate semble être agressif.

L’étude a été menée à Chicago entre 2009 et 2013 auprès de 275 hommes euro-américains et 273 hommes afro-américains. Les hommes étaient âgés entre 40 et 79 ans et étaient en cours de biopsie de la prostate. Dans les deux groupes, les faibles niveaux de vitamine D étaient associés à des cancers de la prostate avancés et agressifs. Les résultats sont encore plus importants pour les hommes afro-américains.

En outre, l’étude indique également que les Afro-Américains avec une carence en vitamine D sont plus susceptibles d’être diagnostiqués d’un cancer de la prostate. L’étude n’a trouvé aucun lien entre le faible niveau de vitamine D et le diagnostic du cancer de la prostate chez les Euro-Américains.

Une explication pour le risque plus élevé chez les Afro-Américains est la couleur de la peau plus foncée. En effet, la couleur de la peau affecte la quantité de vitamine D absorbée à partir du soleil ; plus la peau est foncée, plus elle bloque les rayons UVB et moins il y a de vitamine D qui est produite.

Sources de vitamine D

Le soleil est la source la plus importante de vitamine D. Cependant, on en retrouve également dans certains aliments tels que le saumon, le maquereau, le thon, les sardines, les huiles de foie de poisson, le fromage et les jaunes d’œufs. Par ailleurs, la vitamine D est souvent ajoutée dans des aliments comme le lait, les céréales ou le jus d’orange. Il existe également des suppléments de vitamine D disponibles pour les personnes ayant une carence.

Recherche future

De plus amples recherches sont nécessaires pour étudier l’association entre le niveau de vitamine D et l’agressivité du cancer de la prostate. Cependant, les résultats appuient une multitude d’études rapportant le rôle de la vitamine D sur le bien-être et la santé générale.

Pour plus d’informations concernant la vitamine D et son association avec le cancer de la prostate, contactez PROCURE ou consultez les sections suivantes : La maladie, Facteurs de risques, Traitements, Nutrition, Questions à mon médecin.

Conférences de PROCURE

Récupérer sa vie suite à un cancer de la prostate… Une affaire de couple !

Le 28 avril 2014, nous avons tenu à Montréal, une conférence d’information gratuite intitulée:

« Récupérer sa vie suite à un cancer de la prostate… Une affaire de couple !». Également disponible via diffusion en direct sur procure.ca en français et en anglais, la conférence a connu un franc succès avec plus de 210 participants.
IMG_0030
Grand merci aux Dr Lorne Aaron et Dr Peter Chan pour leurs présentations dynamiques et éducatives, et à monsieur Peter Tétreault pour avoir partagé son expériences comme survivant d’un cancer de la prostate.

Pour voir la conférence sur notre chaîne YouTube, cliquez ici

Pour voir les photos de la conférence, cliquez sur le bouton Lire plus ci-dessous.

Lire plus