mars 16, 2016

Vous êtes en voie de choisir un traitement ?

Lorsqu’il est question du traitement du cancer de la prostate, plusieurs choix de traitement s’offrent à vous.

Cependant, les chances de réussite de ces traitements reposent sur plusieurs facteurs dont il faut tenir compte avant d’opter pour l’une de ces solutions.

Selon votre âge et votre état de santé général, le type de cancer de la prostate dont vous souffrez, votre taux d’antigène prostatique (APS), ainsi que le stade et le grade du cancer (aussi appelé Côte de Gleason), les différents traitements n’auront pas les mêmes effets et n’entraîneront pas les mêmes risques non plus. En fonction de ces paramètres, votre médecin vous proposera une surveillance active, une chirurgie, la radiothérapie, l’hormonothérapie ou la chimiothérapie.

Voici deux situations différentes.

Charles, 50 ans, homme d’affaires

En plus de travailler 40 heures par semaine, Charles joue au golf et fait du jogging; c’est donc un homme actif et en pleine santé. Lors de son dernier bilan de santé annuel, sa prostate semblait normale. Cependant, l’analyse de l’APS révèle un résultat plutôt élevé. Après des examens plus poussés, bien que la plupart s’avèrent négatifs, on découvre des cellules cancéreuses de score 6 (3 + 3 sur l’échelle de Gleason) dans sa prostate.

En somme, Charles a le cancer de la prostate, mais celui-ci n’est pas encore très avancé. Il choisit donc une prostatectomie radicale. Les analyses ultérieures révèlent que le cancer est localisé dans la prostate. Les autres formes de traitement sont donc inutiles. Charles a de très bonnes chances de guérison.

Louis, 64 ans, contremaître dans une usine de pâte à papier

Les médecins évaluent son cancer de la prostate à un score de 6 (3 + 3 sur l’échelle de Gleason), avec un taux d’APS élevé. Au cours des quinze prochaines années, Louis a un risque de 23 % de décéder de ce cancer et environ 45 % de chances de mourir d’une autre cause. La probabilité qu’il meure en raison de son cancer n’est donc pas si élevée que cela.

Pour le ménager, son médecin lui propose la surveillance active, ce qui lui évitera le désagrément des effets secondaires. Cependant, Louis n’aime pas trop cette idée et insiste pour recevoir un traitement. Le médecin lui propose alors la chirurgie ou la radiothérapie, tout en lui expliquant quels sont les avantages et les inconvénients de chacun.

Et vous, avez-vous un témoignage que vous aimeriez partager avec nous ?

 

Source : Livre : Comprendre le cancer de la prostate et ses traitements

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour
Nouvelles de PROCURE