Avec votre urologue

Urologue avant ou après une prostatectomie

Déroulement

Déroulement de la rencontre avec votre urologue

rencontre avec urologue

Un urologue est un médecin spécialiste des troubles de l’appareil génito-urinaire. Tout comme votre médecin, il s’intéressera à:

  • Vos symptômes
  • Vos antécédents familiaux
  • Vos antécédents médicaux

Il vous fera probablement passer certains tests et examens que vous avez déjà subis, mais aussi d’autres qui l’aideront à poser son diagnostic, notamment à savoir si vous êtes atteints du cancer de la prostate ou d’une hyperplasie bénigne de la prostate.

  • Examen physique
  • Toucher rectal
  • Test de l’APS
  • Analyse d’urine
  • Test de débit urinaire: ce test permet d’évaluer le fonctionnement de la vessie et du muscle (sphincter) responsable de contenir l’urine dans la vessie. Pour cet examen, vous devrez uriner dans un entonnoir spécial branché à un instrument qui mesure la vitesse d’évacuation de l’urine
  • Examen de la vessie par ultrasons: cette échographie permet d’évaluer le volume d’urine qui reste dans la vessie après avoir uriné et l’obstruction possible de la prostate sur la vessie
  • Échographie transrectale de la prostate
  • Imagerie par résonance magnétique de la prostate (IRM): elle permet la visualisation de la prostate et possiblement de lésion cancéreuses dans celle-ci.
  • Biopsie de la prostate

Échographie transrectale

illustration biopsie pour cancer de la prostate

Pourquoi ? L’échographie transrectale de la prostate permet de mesurer la taille de la prostate et de localiser des régions anormales qui pourront faire l’objet d’une biopsie. Il est d’ailleurs courant d’exécuter une biopsie grâce à l’échographie transrectale qui, dans ce cas, sert de guide pour les prélèvements.

Comment ? Pour une échographie transrectale, on vous demandera de vous coucher sur le côté, les genoux repliés, et on insérera une sonde lubrifiée dans votre rectum. Cette sonde émet des ondes sonores qui rebondissent sur la prostate et les tissus avoisinants puis reviennent vers un capteur. L’appareil établit alors une image de la prostate et ses environs sur un écran d’ordinateur. Cet examen ne dure que quelques minutes et ne nécessite pas de préparation particulière. Il n’est pas douloureux, mais certains hommes le trouvent désagréable.

Biopsie de la prostate

Pourquoi ? Des anomalies détectées lors d’un toucher rectal et un taux d’APS élevé mènent souvent à une biopsie de la prostate. Celle-ci consiste à prélever des petits morceaux de tissu prostatique afin qu’un pathologiste puisse les examiner au microscope et déterminer si le cancer est présent ou non. Advenant l’existence d’un cancer, la pathologiste utilise ces mêmes échantillons pour déterminer le score de Gleason.

Comment ? Une biopsie de la prostate s’exécute très souvent au cours d’une échographie transrectale (biopsie transrectale). Les images tirées de l’échographie permettent de guider une fine aiguille vers les zones choisies pour les prélèvements. L’aiguille, fixée à la sonde et activée par un mécanisme à ressort, pénètre dans la prostate en traversant le rectum. On recueille généralement entre 6 et 12 échantillons (parfois plus) de tissu prostatique et l’ensemble de la procédure dure environ 10 minutes. Une anesthésie locale peut être utilisée pour engourdir la région et limiter la douleur.

Attente et résultats

L’échographie transrectale de la prostate pratiquée sans biopsie ne permet pas de confirmer la présence d’un cancer. Si votre urologue détecte une anomalie à la suite d’une échographie transrectale, il devra procéder à une biopsie pour établir un diagnostic de cancer de la prostate.

Il faut compter environ quatre semaines avant d’obtenir les résultats d’une biopsie. Le pathologiste doit observer vos échantillons au microscope et produire un rapport d’analyse.

Présence de cancer

  • Si le pathologiste détecte des zones cancéreuses dans vos échantillons, il en évaluera la gravité en leur attribuant un score de Gleason. Avec votre urologue, vous discuterez alors des traitements possibles.
  • Des examens complémentaires pourront aussi vous être suggérés afin de caractériser davantage votre cancer.

Absence de cancer

  • Le fait que le pathologiste ne détecte pas de cancer dans vos échantillons peut être rassurant. Il demeure cependant possible que l’aiguille à biopsie ait manqué les zones cancéreuses de votre prostate et que le cancer existe tout de même.
  • Si votre urologue suspecte la présence d’un cancer, il pourrait vous suggérer de subir une deuxième biopsie transrectale ou encore un autre type de biopsie de la prostate.
  • Sinon, un suivi régulier de votre prostate pourrait être la voie à privilégier (test de l’APS, toucher rectal, imagerie par résonance magnétique).

Restez informé

Pages de notre site qui pourraient vous intéresser

Vous voulez en savoir davantage? Vous n’avez qu’à cliquer sur un des liens ci-dessous.

Nouvelles de PROCURE qui pourraient vous intéresser

Chaque semaine, nous publions un article blogue. En voici quelques-uns pour vous.

Notre comité de validation de nos pages Web

L’équipe du contenu médical et éditorial de PROCURE

Notre équipe est composée d’urologues et d’infirmières certifiées en uro-oncologie ayant une connaissance approfondie du cancer de la prostate, de même que les maladies liées à l’appareil génito-urinaire. Voir nos collaborateurs en cliquant ici.

Dernière révision médicale et éditoriale: juillet 2019

Sources et références

Rédigé par PROCURE. © Tous droits réservés – 2019

bandeau ligne 1 855 pour cancer prostate

Retour
Nouvelles de PROCURE