Employeur et collègues

Homme vu de dos devant ses collègues et employés lors d
 

Quand le cancer frappe

cancer prostate et employeur Lorsqu’un employé souffre d’un cancer, son supérieur joue un rôle clé. Les deux parties, tant l’employeur que l’employé peuvent tirer profit de l’identification des besoins de l’employé malade et d’une gestion efficace des défis liés à son poste. Vous avez donc un rôle primordial à jouer en tant qu’employeur. La vérité est que comprendre la maladie et conjuguer avec l’annonce d’un cancer d’un de nos employés peut être aussi déstabilisant pour vous que pour votre employé. En fait, votre employé est probablement mortifié à l’idée de vous l’annoncer, n’encaissant pas lui-même le coup de barre qu’il vient de recevoir. Imaginez ses états d’âme et toute la gamme d’émotions, d’inquiétudes et de préoccupations qui se bousculent dans sa tête, dans celle de son partenaire, au sein de sa famille… et, sans vous oublier, dans la vôtre. C’est un dur coup. Pour vous aider, voici en bref ce qu’il faut prendre en compte lorsqu’un de nos employés nous en fait l’annonce. Et sachez que vous n’êtes pas seul. Nous sommes là pour vous au 1 855 899-2873.

La communication

Laissez votre employé choisir lui-même le moment de l’entretien. Si vous avez l’impression qu’il n’ose pas venir vous parler, vous pouvez prendre l’initiative.

  • Soyez attentif et faites comprendre à l’employé que vous n’avez pas forcément sous la main la réponse ou la solution à tout. Accordez-vous au besoin un temps de réflexion.
  • Posez des questions et observez alors la réaction de votre employé. S’il est mal à l’aise en répondant, n’insistez pas.
  • Indiquez-lui que vous êtes à sa disposition en tant qu’interlocuteur.
  • Si votre employé bénéficie d’un arrêt maladie, voyez avec lui s’il souhaite rester informe du travail ou s’il préfère ne pas l’être.
  • N’évoquez jamais l’état de santé d’un employé sans avoir sa permission.
Si l’employé atteint de cancer souhaite parler ouvertement de sa situation dans l’équipe, discutez avec l’équipe du meilleur moment.

Votre soutien

Faites preuve de flexibilité envers votre employé. Permettez-lui de modifier ses heures de travail si nécessaire. II a peut-être des rendez-vous médicaux ou il doit réduire ses horaires.

  • Si l’employé souhaite continuer à travailler durant son traitement, essayez d’adapter sa charge de travail au besoin.
  • De nombreux patients aimeraient profiter d’un mi-temps thérapeutique. Voyez si vous pouvez offrir cette possibilité à votre employé lors de son retour.

Des émotions à gérer

L’annonce d’un cancer peut avoir des répercussions émotionnelles sur la personne atteinte, mais aussi sur ses collègues et sur vous en tant qu’employeur. Bien que, dans cette situation, il convienne de faire preuve de patience et de psychologie, prenez garde à tout comportement négatif au sein de l’équipe.

  • Veillez à ce que les relations soient aussi normales et équilibrées que possible et encouragez une bonne communication entre l’employé malade et ses collègues.
  • Témoignez aussi de votre intérêt pour les inquiétudes de vos employés.

Comprendre l’importance du travail

Pour diverses raisons, il est important pour la plupart des personnes atteintes de cancer de pouvoir continuer à travailler.

  • Le travail peut représenter une sorte de routine ou un peu de « normalité » pour elles
  • Le travail peut leur également procurer un sentiment de « contrôle »
  • Pour des raisons financières, l’employé ne peut pas se permettre de perdre son travail.

Climat entre collègues au travail

Un employé atteint de cancer peut également avoir un impact sur les autres employés. Ces derniers peuvent être bouleversés et ne pas savoir comment réagir. Ils peuvent aussi ressentir de la pression à cause des absences du collègue malade qui entrainent une augmentation de leur charge de travail.

  • Discutez de la situation avec votre équipe et demandez à vos employés s’ils sont en mesure d’assurer le surplus de travail lie aux absences du collègue malade.
  • Face à cette situation exceptionnelle, avez-vous la possibilité de prendre des mesures pour diminuer la charge de travail au sein de l’équipe? Se poser la question est d’y répondre.

Trajectoire de soins et réinsertion au travail

cancer prostate aidant naturel Vous n’avez jamais conjugué avec l’annonce d’un cancer d’un de vos employés ? Nous avons brossé pour vous un tableau de vos responsabilités en tant qu’employeur, en commençant par la compréhension des préoccupations qui occupent votre employée jusqu’aux rôles de vos cadres, gestionnaires ou votre département des ressources humaines. Et sachez, encore une fois, que vous n’êtes pas seul. Nous sommes là pour vous au 1 855 899-2873.

Le cancer est une maladie très individuelle

  • Certains besoins comme l’empathie se retrouvent très souvent chez les patients.
  • Le besoin de communication avec l’entreprise peut être très différent d’une personne à l’autre,
  • Ne pas oublier que chaque personne, supérieur ou collègue réagit différemment face à la maladie.
  • Souvent, derrière un patient, il y a un proche aidant. Il ne faut pas l’oublier !

Les enjeux de vos employés et de leurs proches

  • La situation financière (difficultés)
  • Les conséquences physiques et psychologiques
  • Le retour et maintien sur le marché du travail
  • Les limitations fonctionnelles persistantes
  • L’invalidité permanente et à durée indéterminée

Trois phases identifiées pour vous guider

Phase 1 – Le diagnostic, l’annonce de la maladie et votre rôle

« À l’annonce de la maladie, je redoute la réaction des autres et je culpabilise pour la charge de travail laissée à mes collègues. J’ai besoin d’être rassuré, soutenu et écouté. »

Supérieur et collègues

  • Prenez le temps de réfléchir à la situation
  • Demander conseil aux RH si nécessaire
  • Privilégier une attitude empathique = Soutien et écoute
  • Respecter ses désirs et son intimité : ce qui peut être dit, à qui et comment

Supérieur et RH

  • Rassurer l’employé par rapport à sa place dans l’entreprise
  • Adopter une stratégie commune avec les RH quant à la gestion de la situation pour éviter une confusion

Soutien de PROCURE

  • Référer vers PROCURE et ligne 1 855 899-2873
  • Faire une demande pour une rencontre confidentielle sur place avec une infirmière spécialisée en uro-oncologie

Phase 2 – Les traitements de la maladie et votre rôle

« Lors de mon absence, j’ai encore le besoin d’être rassuré. J’apprécie que l’on prenne de mes nouvelles et que l’on me considère encore comme un employé. La possibilité de continuer à travailler m’aide à conserver une identité professionnelle et des liens sociaux. »

RH, supérieur et collègues

  • Prendre de ses nouvelles de façon coordonnée
  • Conserver le lien entre l’employé et l’entreprise
  • Le soulager aussi par rapport à la répartition de son travail entre ses collègues ou par son remplaçant
  • Adopter une communication claire sur la situation (le travail n’est pas une obligation)
Si l’employé choisit de travailler, privilégier le juste milieu entre une attitude empathique et une attitude normale. Avoir une certaine flexibilité par rapport aux imprévus de la maladie et prévoir des entretiens périodiques d’évaluation pourraient aider.

Phase 3 – La réinsertion professionnelle

« A mon retour, j’ai besoin de voir que l’entreprise s’est préparée à ma reprise progressive. J’apprécie un entretien de bienvenue le premier jour. Il est aussi important pour moi que l’on comprenne que certains signes de la maladie comme la fatigue ou les angoisses peuvent rester longtemps après les traitements. »

RH et supérieur

  • Offrir une reprise progressive de l’activité
  • Organiser un entretien de bienvenue-montrer que l’on s’intéresse à son parcours
  • Comprendre la fragilité à long terme de l’employé en raison de la fatigue et des possibles angoisses
  • Offrir un horaire de travail flexible si possible
  • S’entretenir avec la personne si l’on remarque qu’elle se surpasse physiquement et mentalement de peur d’être discriminée et/ou de perdre son emploi
  • Organiser des entretiens périodiques d’évaluation
  • Accepter dans la mesure du possible le changement d’attitude face au travail et montrer de la flexibilité
  • Privilégier le juste milieu entre une attitude empathique et une attitude normale
Même si le traitement est terminé, il pourrait y avoir d’autres questions à régler, comme l’adaptation aux effets secondaires à long terme, sa vie de couple, ses projets à long terme. Le médecin de famille, les professionnels de la santé ainsi que vous, en tant qu’employeur, jouez un rôle clé dans la prise en charge des patients et dans leur réinsertion professionnelle. Notre programme en entreprise peut vous apporter un soutien de même que nos professionnels de la santé.
 

Notre programme en entreprise

     
Retour
Nouvelles de PROCURE