Nouvelles de PROCURE

septembre 16, 2016

La rééducation du pénis après votre chirurgie

Une chirurgie de la prostate peut entraîner malheureusement la perte d’érections spontanées. À moyen terme, le pénis peut donc manquer d’oxygène, perdre son réflexe érectile et peut-être même devenir moins élastique. Voyons ce qu'est la rééducation du pénis après votre chirurgie.

Mise à jour: septembre 2021

Il s’agit donc d’aider – notamment par les médicaments de l’érection – le pénis à reprendre une fonction érectile. Sachez cependant que cette approche ne fait pas l’unanimité en raison du peu d’étude sur le sujet. Le mieux est d’avoir cette discussion avec votre médecin. Si votre urologue ou médecin traitant n’aborde pas le sujet avec vous, n’hésitez pas à le faire. Mais voici tout de même en quoi consiste cette rééducation.

Ce que vous devez savoir

Lors de l’opération, le chirurgien s’occupe soigneusement des nerfs liés à l’érection afin que le patient puisse conserver une vie sexuelle après le cancer de la prostate. Cependant, les nerfs sont tout de même étirés et agressés, ce qui entraîne un choc opératoire. Il est donc normal qu’il n’y ait plus d’érection pendant quelque temps.

Il est certain qu’une fonction érectile qui est bonne à la base permettra un potentiel de récupération qui sera bon. Il est important de garder à l’esprit deux choses: (1) plus vous êtes jeune, meilleures sont vos chances de recommencer à avoir des érections après une chirurgie et (2) le traitement du cancer de la prostate cause des changements au niveau de la fonction sexuelle en général.

Après votre chirurgie

Des degrés différents de dysfonction érectile sont courants à la suite d’une chirurgie radicale, même lorsque le chirurgien préserve vos nerfs érectiles. Les érections peuvent être très faibles ou inexistantes durant plusieurs mois après la chirurgie.

Bien que la plupart des hommes traités au moyen de la chirurgie constatent une amélioration de leurs érections au fil du temps, certains prendront jusqu'à 36 mois avant de la retrouver, alors que d'autres peuvent ne jamais retrouver la capacité d’obtenir une érection spontanée.

Un petit coup de pouce

Or, s’il faut jusqu'à 36 mois pour retrouver une érection naturelle, c’est une période plutôt longue. Le pénis manque alors d’oxygène, puisque l’apport sanguin est moins important qu’auparavant, ce qui peut avoir d’autres conséquences érectiles à long terme. Il est donc conseillé de ne pas rester inactif sexuellement.

Différents traitements pourront être proposés; ils sont généralement utilisés assez tôt après l’intervention afin de faciliter le retour des érections spontanées. À titre d'exemple, votre médecin pourrait prescrire un médicament oral, tels que le sildenafil, le vardenafil ou le tadalafil. Les doses sont d’abord très faibles, puisque l’objectif est de favoriser un léger afflux sanguin destiné à oxygéner le pénis. Puis, les doses peuvent être augmentées afin d’obtenir une érection qui permet de reprendre des rapports sexuels normaux.

Selon le Dr Thierry Lebeau, chirurgien-urologue et chef de service du Centre intégré universitaire de la santé et des services sociaux de Montréal: « La récupération de votre fonction érectile, si les nerfs ont été préservés, passe par la stimulation, qui peut débuter une fois la sonde enlevée. On peut prescrire des médicaments pour stimuler l’érection, mais sans stimulation, vous n’êtes pas plus avancé. Une autre approche est l’utilisation de la pompe pénienne. Elle est utile car elle amène un afflux de sang dans le pénis et ainsi provoque une érection. Cela dit, tout cela requière patience, persévérance et résilience. En d’autres mots, pour participer à un marathon, on doit faire du jogging et s’entrainer. »

Autres troubles érectiles

Grâce à la chirurgie pour le cancer de la prostate, les effets de certains produits sont désormais mieux connus, en particulier pour ce qui est de l’injection pénienne. Ainsi, on sait qu’une aide est nécessaire lors d’une longue période sans érection. Cela peut donc s’appliquer aussi aux troubles érectiles qui ne sont pas causés par le cancer, dont il faut tout de même chercher la cause et la soigner, lorsque les comprimés s’avèrent inefficaces.


Prenez le temps nécessaire pour consulter chacune de nos pages sur ce site Web, de même que notre chaîne YouTube, question de vous familiariser avec la maladie, nos conférences ou webinaires animés par des experts, les ressources disponibles et le soutien qui vous est offert.

Vous avez des questions ou des préoccupations? Surtout, n’hésitez pas. Contactez-nous au 1 855 899-2873 pour discuter avec une infirmière spécialisée en uro-oncologie. C’est simple et gratuit, comme tous nos services d’ailleurs.

Conférences qui pourrait vous intéresser

 

Nouvelles de PROCURE qui pourraient vous intéresser
Chaque semaine, nous publions un article de blogue. En voici quelques-uns pour vous.
Produits naturels pour améliorer les érections?
Pompe pénienne | Devrais-je m’en procurer une?
La dysfonction érectile: frustrante, mais traitable!
Sexe et intimité: En discuter ouvertement est bon pour la santé!

Rédigé par PROCURE. © Tous droits réservés – 2021

, ,

3 commentaires

  • MOHAMED AYAT says:

    Merci pour les informations et conseils précieux

    • Colibri13 says:

      Tout cela dépend de plusieurs facteurs, la remise en forme avant l’opération avec un alimentation équilibrée, de l’activité physique adaptée à ses capacités, préparer un abdomen, etc., marche, course si possible…

      C’est mon 2ème cancer le 1er mélanome stade 3 malgré la fatigue des opérations + traitement je fais du sport, jardin, travaux +++. À ce jour au 17ème après mon opération ma fonction sexuelle est revenue à 80% et les sensations 100%, ce qui m’a dérouté et rassuré tout à la fois; le contrôle de la miction à 70% 80%. Tout ceci dépend outre de l’état physique du patient, surtout de l’étendue de la pathologie et de la qualité du mode opératoire et bien-sûr du chirurgien. J’ai été opéré par robot. Surtout de pas lâcher prise, travailler régulièrement se faire aider par un(e) kinésithérapeute ou physiothérapeute.

  • BONNIN says:

    Tout change au niveau sexualité après une prostatectomie radicale, il faut le savoir, et certains médecins en parlent peu. Le mien m’a beaucoup aidé (je veux dire mon chirurgien urologue), mais ce n’est pas le cas de tous. Au delà de la fin de l’éjaculation (très perturbant) il est indispensable, selon moi, d’entreprendre une nouvelle vie sexuelle. Celle-ci peut être très épanouissante avec sa partenaire, qui doit l’aider. Oui c’est une épreuve difficile après l’intervention, il faut le savoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour
Nouvelles de PROCURE