Nouvelles de PROCURE

avril 6, 2018

Trucs et conseils quand la chimio s’invite dans votre assiette

À la découverte d’une alimentation idéale…

Les effets secondaires du traitement du cancer de la prostate peuvent compliquer le maintien d’une saine alimentation. Les différents traitements peuvent vous rendre nauséeux, causer l’anémie, l’ostéoporose, l’inflammation de l’intestin (entérite radique), affecter votre goût, réduire votre intérêt pour les aliments ou entraîner un gain de poids difficile à perdre. Il est important de se rappeler que la plupart des effets secondaires s’atténueront au fil du temps.

Mais quelle alimentation adopter dans cette situation ? Pour le patient comme pour ses proches, il n’est pas toujours facile de savoir :

  • quoi manger
  • comment préparer ses repas
  • comment démêler le vrai du faux dans certaines recommandations

Dans cet article, nous voulons surtout aborder les effets que la chimio peut avoir sur votre alimentation et vous donner quelques conseils pour les atténuer.

Avant tout

Il est important de savoir si un médicament doit être pris avant, pendant ou après le repas, car cela peut influencer l’assimilation des substances actives qu’il contient et, par conséquent, l’efficacité du traitement.

Mais il faut également être attentif à ce que vous mangez/buvez au cours de votre traitement. L’exemple d’interaction le plus connu à ce propos est sans doute celui du jus de pamplemousse. Ce dernier peut influencer l’efficacité, les effets secondaires et la toxicité d’un grand nombre de médicaments, y compris certains traitements administrés en cas de cancer.

Difficultés alimentaires d’ordre général

Perte d’appétit

  • Conservez 3 petits repas riches en calories et en protéines
  • Introduisez des collations entre les repas afin d’augmenter les prises alimentaires
  • Ayez toujours sous la main des aliments à grignoter, riches en calories. Exemples : biscuits, fruits oléagineux (noix, noisettes, amandes), chocolat, etc.
  • Soignez la présentation des plats
  • Mangez dans le calme

Satiété, rassasiement précoce

  • Même approche que pour la perte d'appétit
  • Limitez les boissons pendant les repas et buvez entre les repas

Fatigue

Difficultés alimentaires sensorielles et digestives

Altérations goût et odorat

  • Veillez à une bonne hygiène dentaire
  • Expérimentez des nouvelles préparations
  • Privilégiez les préparations froides
  • Assaisonnez, ajoutez épices ou aromates
  • Évitez les aliments à odeurs fortes

Mucite, douleurs buccales

  • Veillez à une bonne hygiène buccale
  • Évitez les aliments irritants (trop salés, trop sucrés, trop épicés)
  • Adaptez la texture de l’alimentation : hachée, mixée, liquide

Difficultés à avaler

  • Adaptez la texture de l’alimentation : hachée, mixée, liquide

Nausées, vomissements

  • Repérez les moments de la journée où les nausées sont le moins marquées
  • Introduisez des collations entre les repas afin d’augmenter les prises alimentaires
  • Mangez ce qui vous fait envie
  • Privilégiez les aliments et les boissons tièdes ou froids
  • Évitez les mets gras : fritures, charcuteries, sauces…
  • Évitez les odeurs fortes, perçues comme écœurantes

Diarrhées

  • Évitez les aliments riches en fibres : fruits, légumes, céréales complètes et légumineuses
  • Évitez le lait en boisson en raison de la présence de lactose trop importante
  • Favorisez la consommation d’aliments réputés « constipants » : riz, carottes cuites, banane, pomme râpée Veillez à une bonne hydratation

Constipation

  • Favorisez la consommation d’aliments riches en fibres : fruits, légumes, céréales complètes et légumineuses
  • Veillez à avoir une hydratation suffisante, minimum 1.5 l/j
  • Pratiquez une activité physique régulière dans la mesure du possible

En cas de symptômes limitant votre prise alimentaire, des solutions existent : une diététicienne adaptera ces conseils à votre situation. En cas de symptômes graves, parlez sans délai à votre médecin.

Sortez de vos vieilles habitudes. Pas le goût de cuisiner ?

Alors, pourquoi ne pas acheter des plats cuisinés au supermarché ou manger les restes du repas précédent ? Vous pourriez aussi prendre un petit-déjeuner pour souper ou mettre plus souvent le micro-ondes à contribution à l’heure du repas ou de la collation. Bref, donnez-vous le droit de sortir des sentiers battus si cela vous aide à vous alimenter.

Voir également

Nutrition, poids santé, diète et traitements

Joignez-vous à nous! Inscrivez-vous ici ou en cliquant sur l’image

Rédigé par PROCURE. © Tous droits réservés - 2018

,

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour
Nouvelles de PROCURE