Nouvelles de PROCURE

mai 17, 2018

APS et dépistage: les États-Unis revoient leurs lignes directrices

APS et dépistage. Le Groupe de travail sur les services préventifs des États-Unis recommande maintenant plus de dépistage du cancer de la prostate, un changement qui va à l'encontre des directives précédentes qui recommandaient de ne pas dépister le cancer de la prostate.

Cette semaine, le Task Force américain a actualisé sa position de 2012 sur le dépistage du cancer de la prostate en recommandant aux cliniciens de proposer ou de proposer périodiquement un dépistage du cancer de la prostate par dosage de l’APS chez les hommes âgés de 55 à 69 ans. Le groupe de travail a cependant maintenu sa recommandation contre le dépistage du cancer de la prostate chez les hommes de 70 ans et plus, strictement fondé sur les résultats d’un test de l’APS.

Publié dans le Journal de l'American Medical Association, le groupe a conclu que la décision de faire un dépistage chez les hommes âgés de 55 à 69 ans devait être individuelle et inclure une discussion sur les avantages et les inconvénients potentiels d’un dosage de l’APS.

Bien que les recommandations de ce groupe soient un pas dans la bonne direction, la Prostate Cancer Foundation (PCF), l’une des principales organisations philanthropiques au monde qui finance et accélère la recherche sur le cancer de la prostate, a réagi en déclarant que tout homme de 50 ans et plus devrait être en mesure de parler avec son médecin, à savoir si le dépistage du cancer de la prostate est de mise pour lui, à plus forte raison les hommes de race noire et ceux avec un historique de cancer, qui dans leur cas, devrait aborder le sujet dès la quarantaine.

Leur position est également clair concernant les hommes de 70 ans et plus en indiquant qu’une recommandation fondée sur l'âge uniquement peut ne pas convenir à tous les hommes de plus de 70 ans et plaide plutôt en faveur d'une approche personnalisée tenant compte de la santé, des valeurs et des préférences.

Même son de cloche chez la American Cancer Society, qui a indiqué lors d’une entrevue sur le sujet que les symptômes du cancer de la prostate peuvent être minimes ou inexistants jusqu'à ce que le cancer ne soit plus guérissable.

Quant à la position de PROCURE, elle demeure la même: si vous avez une espérance de vie de plus de 10 ans, vous devriez avoir cette discussion avec votre médecin à partir de 50 ans et dès 45 ans si vous avez un historique de cancer ou que vous êtes d’ascendance africaine.


Prenez le temps nécessaire pour consulter chacune de nos pages sur ce site Web, de même que notre chaîne YouTube, question de vous familiariser avec la maladie, nos conférences ou webinaires animés par des experts, les ressources disponibles et le soutien qui vous est offert.

Vous avez des questions ou des préoccupations? Surtout, n’hésitez pas. Contactez-nous au 1 855 899-2873 pour discuter avec une infirmière spécialisée en uro-oncologie. C’est simple et gratuit, comme tous nos services d’ailleurs.

Pages de notre site qui pourraient vous intéresser
Vous voulez en savoir davantage? Vous n’avez qu’à cliquer sur un des liens ci-dessous.
Cancer de la prostate - Signes et symptômes
La prostate, c’est quoi exactement
Êtes-vous à risque d’un cancer de la prostate
Quels sont les tests et est-ce pour vous

Nouvelles de PROCURE qui pourraient vous intéresser
Chaque semaine, nous publions un article blogue. En voici quelques-uns pour vous.
Votre prostate, vous la connaissez?
J’ai mal à la prostate. Est-ce un cancer?
Cancer de la prostate: Avez-vous dit zéro symptôme?

Rédigé par PROCURE. © Tous droits réservés – 2020

,

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour
Nouvelles de PROCURE