Nouvelles de PROCURE

mai 4, 2021

La curiethérapie permanente: c’est quoi au juste?

La curiethérapie permanente, souvent nommée curiethérapie à bas débit de dose, administre de très faibles doses de radiation. Elles sont émises à partir de petites sources contenant de l’iode radioactif, appelé « iode 125 ». Ces sources d’iode ressemblent à des grains de riz. Elles demeurent dans votre prostate pour toujours. Toutefois, leur radioactivité diminue avec le temps. Après 6 mois, 95 % de la radioactivité a disparu. La présence de ces sources ne cause aucun problème à long terme et ne vous affecte pas si vous êtes allergique à l’iode.

La curiethérapie permanente pourrait vous être proposé si vous avez reçu un diagnostic de cancer localisé, de stade relativement précoce (T1, T2a), à croissance lente, donc à faible risque de progression (Gleason 6 ou groupe grade 1) et avec un taux d’APS bas (en deçà de 10 ng/ml). Elle peut être une option pour des cancers à risque intermédiaires de progression (Gleason 7 ou groupe grade 2), mais vous devrez répondre à des critères précis pour être candidat.

La curiethérapie ne peut être recommandée si:

  • Vous présentez des symptômes importants de prostatisme liés à une obstruction urinaire ou si vous avez subi une résection transurétrale de la prostate.
  • Vous avez subi une radiothérapie pelvienne, avez des problèmes de hanches ou si vous êtes visés par tout autre contre-indication.
  • Vous avez des métastases.

Quels sont les effets secondaires

Ils sont semblables à ceux de la radiothérapie externe, mais diffèrent un peu. La prostate ayant été percée à plusieurs reprises, ce traitement la fait enfler. Immédiatement après l’intervention, vous pourriez avoir de la douleur au niveau du périnée. 

À court terme, la curiethérapie peut également causer des problèmes urinaires, tels un jet faible, des brûlures en urinant, des envies fréquentes d’uriner. Ces effets sont à leur maximum pendant 4 à 6 semaines et se dissipent au cours des 3 à 6 mois suivants. 

À long terme, les troubles intestinaux sont rares. Il en est de même pour l'incontinence urinaire. Quant au trouble de l’érection, il apparaît progressivement plusieurs mois, voire des années après le traitement, mais n’affecte pas la jouissance.

Ces effets dépendent beaucoup de votre état avant l’intervention. Une personne qui avait déjà de bonnes érections ou aucun problème urinaire est moins à risque de conséquences.

Il est important de signaler tout effet secondaire à votre radio-oncologue!

Qu’ils soient à court, moyen ou long terme, la plupart des effets secondaires peuvent être soulagés par la prise de médicaments ou autres interventions/méthodes. 


Prenez le temps nécessaire pour consulter chacune de nos pages sur ce site Web, de même que notre chaîne YouTube, question de vous familiariser avec la maladie, nos webinaires animés par des experts, les ressources disponibles et le soutien qui vous est offert.

Vous avez des questions ou des préoccupations? Surtout, n’hésitez pas. Contactez-nous au 1 855 899-2873 pour discuter avec une infirmière spécialisée en uro-oncologie. C’est simple et gratuit, comme tous nos services d’ailleurs.

Webinaires à revoir
Tout sur la radiothérapie - Mai 2021

Pages de notre site qui pourraient vous intéresser
Vous voulez en savoir davantage? Vous n’avez qu’à cliquer sur un des liens ci-dessous.
Tout sur la curiethérapie
Effets secondaires 

Articles de blogue de PROCURE qui sauront vous éclairer
Chaque semaine, nous publions un article blogue. En voici quelques-uns pour vous.
Avez-vous dit cancer de la prostate?
Je veux reporter mon traitement… Est-ce sage?
J’ai plusieurs options de traitements… Laquelle choisir?

Rédigé par PROCURE. © Tous droits réservés – 2021

,

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour
Nouvelles de PROCURE