Nouvelles de PROCURE

septembre 13, 2018

L’immunothérapie donne de l’espoir aux hommes

De nouveaux médicaments ont donné à des milliers d'hommes atteints d'un cancer de la prostate agressif un nouvel espoir de vaincre la maladie.

Environ 10% des cas de cancers de la prostate diagnostiqués chaque année présentent des anomalies de l'ADN et ne répondent pas aux traitements traditionnels.

Des essais sont actuellement en cours pour tester les traitements d'immunothérapie, qui surchargent le système immunitaire pour combattre la maladie chez ceux qui démontrent une résistance aux traitements usuels.

Les anomalies génétiques peuvent entrainer le déclenchement d’une multiplication anarchique des cellules qui les portent (cancer), mais une nouvelle génération de médicaments, dont le pembrolizumab, détruit les cellules cancéreuses.

L'immunothérapie utilise le système immunitaire de l'organisme pour lutter contre la maladie et s'est avérée efficace dans le traitement du cancer de l'intestin, entre autres.

Le professeur Johann de Bono, de l'Institut de recherche sur le cancer, à Londres, a déclaré: « Le cancer de la prostate a été traité comme un seul type de maladie, mais pour la première fois, nous avons montré qu'il existe plusieurs sous-types différents. C'est comme réparer une voiture brisée - vous ne feriez pas la même réparation pour chaque véhicule qui entre dans un garage. »

« Les gens ne pensaient pas que l'immunothérapie pourrait fonctionner en cancer de la prostate, mais nous disons qu'ils ont eu tort. En fait, nous avons beaucoup de preuves qui démontrent que certains défauts de réparation de l'ADN dans le cancer sont très sensibles à l'immunothérapie », ajoute-t-il.

Parfois, le système immunitaire peut repérer des cellules cancéreuses, mais ne réussit pas à organiser une réponse assez forte pour les éliminer. Dans d’autres cas, les cellules cancéreuses s’esquivent en détournant les mécanismes de sécurité du corps. Les traitements d’immunothérapie aident le système immunitaire à reconnaître les cellules cancéreuses et à les détruire.

À l’heure actuelle, quelques points de contrôle immunitaire sont ciblés par le traitement du cancer, dont les points de contrôle PD-1 et PD-L1. Naturellement, le PD-1 se trouve sur la surface des cellules immunitaires (lymphocytes T). Il désactive le système immunitaire pour l’empêcher d’attaquer les cellules normales du corps.

Un tel processus est important pour les cellules normales, mais les cellules cancéreuses y ont recours pour échapper aux attaques du système immunitaire. Les médicaments inhibiteurs des points de contrôle, comme le pembrolizumab, se lient et bloquent l’accès à ces marqueurs de surface. Ils réactivent ainsi le système immunitaire contre les cellules cancéreuses.

Les chercheurs ont examiné les cellules cancéreuses de la prostate issues de biopsies tumorales et ont analysé les niveaux de PD-L1. Publiée dans le Journal of Clinical Investigation, l'étude a révélé que 50% des hommes présentant des défauts de réparation de l’ADN dans leurs tumeurs présentaient des niveaux élevés de PD-L1. Les travaux publiés s'appuient sur les résultats présentés lors de la réunion de l'American Society for Clinical Oncology en juin, indiquant que les défauts de réparation de l'ADN étaient associés à une réponse au pembrolizumab.

L’Institut de recherche sur le cancer à Londres est en train de mettre au point des tests permettant de détecter les patients porteurs de ces mutations et de mener des essais cliniques pour voir si le pembrolizumab peut donner de l'espoir aux hommes qui ne répondent pas aux formes de traitements actuels.

Dans les essais cliniques, les personnes atteintes d'un cancer avancé de la prostate reçoivent 200 mg de pembrolizumab toutes les trois semaines pendant au moins 18 mois.

Le professeur Paul Workman, directeur général de l'Institut, a déclaré: « Nous assistons à une révolution dans le traitement du cancer, car l'immunothérapie devient une option importante. »

Références

Journal of Clinical Investigation Sept. 2018 - Immunogenomic analyses associate immunological alterations with mismatch repair defects in prostate cancer
FORBES Sept. 2018 - Immunotherapy Offers Hope For Some Men With Aggressive Prostate Cancer
ASCO June 2018 - Major trial is first to show benefits of immunotherapy in some men with prostate cancer

Rédigé par PROCURE. © Tous droits réservés – 2018

,

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour
Nouvelles de PROCURE