Nouvelles de PROCURE

mars 5, 2019

8 facteurs de risque du cancer de la prostate

La plupart des cancers sont attribuables à de nombreux facteurs de risque, mais il arrive parfois que le cancer de la prostate se développe chez des hommes qui ne présentent aucun des facteurs de risque décrits ci-dessous.

Les causes exactes du cancer de la prostate demeurent encore inconnues. De nombreuses études sont en cours dans le monde et nous en saurons sûrement davantage dans les prochaines années. Des recherches ont cependant permis de mettre en lumière certains facteurs de risque, dont les trois premier sont établis.

  1. L’âge

L’avancement en âge, en particulier après 50 ans, est associé à une augmentation du risque. Votre risque de développer un cancer de la prostate augmente à mesure que vous avancez en âge, surtout après 50 ans.

  1. L’histoire familiale

Vous êtes 2 à 5 fois plus à risque si un parent (père, frère, oncle, fils) en est atteint, s’il a reçu un diagnostic avant 65 ans et s’il y a des cancers du sein, de l’ovaire, du pancréas ou du colon, entre autres, dans la famille.

  1. L’alimentation

Bien que la consommation de viande rouge soit aujourd’hui un facteur de risque établi, il existerait un lien possible entre la consommation de matières grasses, en particulier en graisse animale ou de viande transformée (bacon, saucisse, etc.) et le risque plus élevé de cancer de la prostate.

  1. L’origine raciale

Le taux de cancer de la prostate est plus faible chez les hommes d’origine asiatique, alors que les hommes d’origine africaine ou antillaise ont plus de risques de développer cette maladie et d’en décéder. Ils sont également plus susceptibles de recevoir ce diagnostic à un plus jeune âge que les hommes caucasiens.

  1. Les mutations génétiques

Vous êtes plus à risque d’être atteint d’un cancer de la prostate si vous héritez de la mutation du gène BRCA2. Cette mutation génétique fait également augmenter le risque de cancer du sein et de l’ovaire chez la femme. Les mutations génétiques ne représentent que très peu de cas. 

  1. L’embonpoint ou l’obésité

Des études démontrent que les hommes qui font de l’embonpoint ou qui sont obèses risquent davantage de recevoir un diagnostic de cancer de la prostate qui soit avancé ou qui s’est déjà propagé (métastases) à d’autres parties du corps. 

  1. Une carence en vitamine D

Des études suggèrent qu’une carence en vitamine D chez les hommes peut être associée à un risque accru de développer un cancer de la prostate plus agressif et à une augmentation du risque de de récidive. La majorité des Québécois, en particulier les homme de 50 ans et plus, manquent de vitamine D, surtout l’hiver. 

  1. Divers facteurs environnementaux

Des données scientifiques laissent entendre qu’une exposition professionnelle aux substances chimiques ou toxiques - dans le cas des pompiers - ou aux pesticides - dans le cas des agriculteurs - pourrait accroître le risque de cancer de la prostate. Ce risque peut être encore plus élevé pour les hommes qui ont des antécédents familiaux de cancer de la prostate.

Vous avez des questions ou des préoccupations? Contactez-nous au 1 855 899-2872 pour en discuter avec une infirmière spécialisée en uro-oncologie.

Prochaine conférence – Inscrivez-vous ici, c’est gratuit!

Pages de notre site qui pourraient vous intéresser
Vous voulez en savoir davantage? Vous n’avez qu’à cliquer sur un des liens ci-dessous
Comment réduire son risque
Cancer de la prostate - Signes et symptômes
Quels sont les tests de dépistage et est-ce pour vous

Nouvelles de PROCURE qui pourraient vous intéresser
Chaque semaine, nous publions un article blogue. En voici quelques-uns pour vous
Les suppléments: mythes vs réalité vs votre porte-monnaie
La D: vitamine ou hormone? Et pourquoi est-elle importante?

Sources et références
Facteurs de risque du cancer de la prostate – cancer.ca
Le cancer de la prostate – Comprendre la maladie et ses traitements; Fred Saad, MD, FRCSC et Michael McCormack, MD, FRCSC, 4e et 5e éditions

Rédigé par PROCURE. © Tous droits réservés – 2019

,

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour
Nouvelles de PROCURE