Nouvelles de PROCURE

mars 29, 2018

Quand le brasier du cancer est omniprésent parmi nos pompiers…

Quand le brasier du cancer est omniprésent parmi nos pompiers... On a tous vu les images de ces sapeurs en action à New York le 11 septembre 2001, au Lac Mégantic en 2013, à l’Île Verte en 2014 ou encore, à Montréal et ailleurs en région, à éteindre des incendies majeurs et à sauver des vies.

De fait, les pompiers québécois combattent en moyenne plus de 18 5001 incendies annuellement. Comme c’est un métier qui commande une force, une forme physique et une santé de fer, il est difficile d’accepter que plusieurs d’entre eux soient confrontés à un diagnostic de cancer, incluant le cancer de la prostate, durant leur carrière. Il est encore plus difficile de croire qu’ils doivent mener un combat sans relâche pour que leur mal soit reconnu comme maladie professionnelle et indemnisée à sa juste valeur…

Plus à risque en ce qui a trait au cancer de la prostate

En ce qui a trait au cancer de la prostate, ils sont 1,28 fois2 plus à risque de développer cette maladie par rapport à d’autres travailleurs. Pourquoi ?

« Les pompiers sont exposés à un nombre de produits chimiques dangereux associés à la combustion. Qui plus est, un important changement dans le niveau de risque est survenu suite à l'introduction de matériaux d'ameublement et de construction en plastique combustibles qui produisent des matières toxiques quand ils brûlent, explique le Dr Tee L. Guidotti, consultant et spécialiste de réputation internationale en santé du travail et de l’environnement. La voie la plus importante que prend l'exposition est l'inhalation; toutefois, quand il y a absorption suffisante par la peau, le risque de cancer peut augmenter. »

Reconnaissance tardive au Québec

Le Québec a été l'une des dernières provinces à reconnaître les risques de cancer auxquels les pompiers s'exposent. Cependant, le cancer de la prostate ne figure toujours pas parmi les cancers qui sont automatiquement reconnus ici.

« Aujourd’hui, la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) est en mode rattrapage. La bonne nouvelle, si l’on peut la qualifier ainsi, est qu’elle a reconnu dernièrement que deux sapeurs-pompiers ont combattu (l’un est décédé) un cancer de la prostate en lien avec notre métier, indique Chris Ross, vice-président de l’Association des pompiers de Montréal. Notre priorité est d’assurer une équité envers tous nos pompiers, tant en termes de budgets, de formation et d’outils de prévention à leur portée qu’en termes de dédommagement quand survient la maladie. »

Sensibilisation et dépistage, un must

Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez l’homme. Il est parfois indolent, parfois mortel; il n’occasionne peu ou aucun symptôme au début et il est tout à fait guérissable lorsque détecté à un stade précoce. Des techniques de pointe permettent aujourd’hui d’en arriver à un diagnostic extrêmement précis.

Ce qui est encourageant est que le taux de survie est de 100 % cinq ans après la date du diagnostic s’il n’y a aucune propagation ailleurs dans le corps. D’où l’importance du dépistage pour les hommes d’âge mûr ou les hommes à risque comme les sapeurs-pompiers.

« Nous sommes d’avis qu’à partir de 45 ans - ce qui se traduit souvent à déjà 15 ans de carrière dans ce métier, donc éligibles à une indemnisation de la CNSST - les pompiers devraient discuter sérieusement avec leur médecin des risques associés au cancer de la prostate et demander un test de dépistage. C’est d’ailleurs pourquoi nous avons mis sur pied un programme destiné aux entreprises, aux associations ou sociétés gouvernementales. Le cancer de la prostate est guérissable lorsque détecté tôt. On ne le dira jamais assez », insiste Laurent Proulx, président-directeur général de PROCURE.


Prenez le temps nécessaire pour consulter chacune de nos pages sur ce site Web, de même que notre chaîne YouTube, question de vous familiariser avec la maladie, nos conférences ou webinaires animés par des experts, les ressources disponibles et le soutien qui vous est offert.

Vous avez des questions ou des préoccupations? Surtout, n’hésitez pas. Contactez-nous au 1 855 899-2873 pour discuter avec une infirmière spécialisée en uro-oncologie. C’est simple et gratuit, comme tous nos services d’ailleurs.

Webinaires qui pourraient vous intéresser
Génétique ou histoire familiale – Septembre 2020
Facteurs de risque et dépistage – Septembre 2020

Pages de notre site qui pourraient vous intéresser
Vous voulez en savoir davantage? Vous n’avez qu’à cliquer sur un des liens ci-dessous
Comment réduire son risque
Cancer de la prostate - Signes et symptômes
Quels sont les tests de dépistage et est-ce pour vous

Nouvelles de PROCURE qui pourraient vous intéresser
Chaque semaine, nous publions un article blogue. En voici quelques-uns pour vous
Mon APS est élevé. Les labos peuvent-ils se tromper?La D: vitamine ou hormone? Et pourquoi est-elle importante?
J’ai mal à la prostate. Est-ce un cancer?
Les plantes, amies de la prostate?

Sources et références
Ministère de la Sécurité publique du Québec (1)
Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail, secteur « affaires municipales » - ASPM (2)Association des urologues du Canada: Recommandations de sur le dépistage et le diagnostic précoce du cancer de la prostate. Citer comme suit à l’origine: Can Urol Assoc J 2017;11(10):298-309. http://dx.doi.org/10.5489/cuaj.4888
Mourir à petit feu - LA PRESSE, Édition du 23 octobre 2017
PROCURE - Programme destiné aux entreprises, aux associations ou sociétés gouvernementales

Rédigé par PROCURE. © Tous droits réservés – 2021

, ,

Un commentaire

  • Chris Ross says:

    L’Association des pompiers de Montréal et ses 2400 membres sont fiers d’être associés à PROCURE et nous sommes reconnaissants de leur soutien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour
Nouvelles de PROCURE